Métier de bouche

Cédric Barchat croque son rêve

Cédric Barchat, gérant de Choco & C.O., régale les papilles. Ce créateur chocolatier part à la conquête du monde de l’entreprise. Itinéraire d’un professionnel perfectionniste et gourmand.

333
L’équipe de Choco & C.O. veille sur un vrai palais gourmand.
L’équipe de Choco & C.O. veille sur un vrai palais gourmand.
L’équipe de Choco & C.O. veille sur un vrai palais gourmand.
L’équipe de Choco & C.O. veille sur un vrai palais gourmand.

«Je m’entoure des meilleurs, pas des mauvais», sourit Cédric Barchat. Créateur chocolatier, il exerce une profession qui met en émoi les papilles d’une clientèle intergénérationnelle et demande exigence, implication totale, indispensable qualité du travail bien fait. Au 25 avenue Carnot, à Saint-Max, on pousse la porte d’un magasin où les odeurs chocolatées titillent d’emblée les narines. Et il y a pléthore de choix : des œufs, des lapins, des puzzles, des cartes postales, des sucettes… Des éléments de toutes tailles, si craquants et croquants. Tout appelle à la gourmandise. Cédric Barchat commence son parcours par un apprentissage à 15 ans. «J’étais moyen à l’école, je n’ai pas mon brevet des collèges… mais j’y suis arrivé quand même», note-t-il. Ses premières années passées à faire ses gammes dans plusieurs grandes maisons, sur le Grand Nancy et sur la place parisienne le façonnent avec humilité et application. Le garçon est doué et se révèle être un travailleur assidu. Il gravit les échelons. Bientôt responsable de laboratoire, Cédric Barchat a une autre ambition : voler de ses propres ailes. L’occasion se présente à lui. «En fait, c’est parti d’un repas de famille. On s’est posé la question. Et pourquoi ne pas créer ma propre affaire ?», poursuit-il. 2010 marque le point de départ de son aventure. Un an et demi plus tard, passé les méandres tortueux de la création d’entreprise, il touche son Graal. Le 11 novembre 2011, l’enseigne Choco & C.O. ouvre ses portes. Le chocolatier assume seul toutes les tâches durant cinq mois avant de s’adjoindre son premier personnel. Le centre de son projet est bien balisé : «L’idée est de donner accès à chacun au monde du chocolat. J’ai développé une gamme de produits très large et tout autant dans les prix.»

Voir loin pour se développer

Aujourd’hui, il se dit fer de sa réussite, fort d’une expérience de seize ans éprouvée au sein d’une dizaine de sociétés. Jeune entrepreneur de 31 ans, Cédric Barchat regarde devant lui et aime garder une atmosphère familiale à sa trajectoire : un beau-père pâtissier, une mère qui vient d’ouvrir à Strasbourg une confiserie-chocolaterie-salon de thé à la dénomination aux accents charmants, Too Choco. relativement à son magasin maxois, il ne manque pas de potentialités d’essor, comme il l’explique : «Le prochain objectif est d’aller vers une clientèle de professionnels : entreprises, collectivités, mairies, maisons de retraite… Un catalogue est en préparation. À la fois pour des produits sucrés et salés. Je ne travaille qu’avec des producteurs locaux d’ailleurs.» Choco & C.O. va passer la vitesse supérieure en communication avec une présence accrue sur les salons spécialisés. Cédric Barchat glisse : «Le chocolat, ce n’est pas qu’à Pâques ou que pour Noël : c’est toute l’année !» Lui qui fut récompensé au salon du chocolat à Metz en 2012 évoquerait des heures les mille facettes de sa fonction : la féminisation du métier, l’importance de transmettre autant des recettes que des valeurs, son rêve d’être un jour M.O.F. À ses côtés, Mélanie, vendeuse, et Émeline, apprentie du CEPAL de Laxou – le centre de formation de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Meurthe-et-Moselle, l’aident au quotidien. Cédric Barchat est assurément un militant du chocolat. Ses clients sont en quelque sorte ses convives, invités à sa table des douceurs.