Industrie

Thales teste la supply chain du Rafale La PME realMeca, sous-traitante de Thales et implantée à Clermont-en-Argonne, emploie 140 salariés et réalise un CA de 25 M€€. Celle-ci produit le châssis du rafale, le chasseur de Dassault Aviation, mais aussi des boîtiers d’optroniques et de brouillage pour le rafale et le Mirage 2000. Suite à […]

307

Thales teste la supply chain du Rafale
La PME realMeca, sous-traitante de Thales et implantée à Clermont-en-Argonne, emploie 140 salariés et réalise un CA de 25 M€€. Celle-ci produit le châssis du rafale, le chasseur de Dassault Aviation, mais aussi des boîtiers d’optroniques et de brouillage pour le rafale et le Mirage 2000. Suite à la signature d’un contrat avec l’Égypte, Thales a soumis à ses sous-traitants un test de montée en cadence jusqu’à 2,5 fois de la production mensuelle ? alors qu’ils ne produisent actuellement qu’un rafale par mois. Cette augmentation de cadence, assurée en Meuse par un investissement annuel de 450 000 euros dans les outils de production, serait synonyme de créations d’emplois.

Tourisme
Réunion des professionnels de l’hôtellerie vosgiens
La dernière assemblée générale de l’UMIH 88 (Union des métiers et industries de l’hôtellerie) s’est déroulée à Contrexéville. La baisse du nombre d’adhérents (284 contre 301 en 2013), le «fait maison» et la taxe de séjour ont notamment été évoqués. D’autres sujets, liés aux charges administratives et aux contraintes réglementaires des entreprises, comme la collecte de la TVA dès le 1er euro de CA, ont été abordés. L’occasion également de rappeler que le département des Vosges a enregistré un million de nuitées dans ses hôtels, et que le secteur représente 8 000 emplois à temps plein, saisonniers compris.

Formation / Emploi
L’usine Egger veut promouvoir l’alternance
L’usine Egger de rambervillers, spécialisée dans la production de panneaux de particules bruts ou mélaminés et de pellets industriels, s’inscrit dans la conduite de la politique d’alternance d’Egger France. 20 apprentis du bac pro au bac +5 travaillent actuellement à rambervillers, et d’autres devraient être recrutés lors d’un forum organisé le 8 avril, dans le cadre des portes ouvertes de l’usine.

Régional
L’économie peine à rebondir
Le directeur départemental de la Banque de France a récemment fait le point sur la conjoncture en Lorraine à la CCI de la Meuse, à Bar-le-Duc. Les chiffres de l’industrie se stabilisent, mais sont inférieurs à ce que les dirigeants d’entreprises anticipaient. Le CA total progresse légèrement (+ 0,2 %), tandis que les effectifs et les investissements reculent respectivement de 1,5 et 13,4 %. La construction subit la plus forte baisse en 2014, avec des chiffres de CA, d’effectif et d’investissement qui suivent tous une tendance baissière. Les services marchands peinent également à s’en sortir, avec des chiffres toujours négatifs.

Numérique
Le numérique à la fête
Le Numéripôle de Bras-sur-Meuse a ouvert ses portes le week-end dernier, dans le cadre de la fête de l’Internet. Le Numerifab, une composante du pôle, est destiné à réaliser des prototypes pour les particuliers et les entreprises avec des imprimantes 3D. Il sert principalement à fabriquer à la demande des pièces détachées d’objets ou de machines cassées ou usées. L’espace de coworking Workici a également été valorisé. Enfin, un représentant du réseau Canopé a insisté sur les atouts du numérique au service de l’apprentissage.

Énergie et Transition écologique
L’état zéro de l’environnement
L’Andra vient de démarrer ses activités d’écothèque, permettant de réaliser une radioscopie de l’environnement sur de longues périodes, pour notamment évaluer l’impact du projet Cigéo sur l’environnement. Il faudra 4 à 5 ans avant d’obtenir les premiers résultats. Le projet aura coûté 6 M€€ à l’Andra, dont 400 000 € en équipements. Son coût d’exploitation annuel est estimé entre 200 000 et 400 000 € (hors salaires).

Industrie
Cigéo : «Le tribunal botte en touche»
Le Tribunal de Nanterre a débouté les associations qui militent contre le projet de centre d’enfouissement des déchets radioactifs Cigéo à Bure. Celles-ci reprochaient à l’Andra d’avoir dissimulé le potentiel géothermique du site, lequel pourrait alors, selon les textes, devenir inapte au stockage compte tenu du risque lié à une exploitation ultérieure de cette ressource. Les associations ont annoncé qu’elles feront appel.

PARTAGER
Article précédentSur la route du SEL…
Article suivantIndustrie