Développement personnel

Christine Perry parle management humain

Si aujourd’hui Christine Perry favorise dans son métier de coach professionnel le mieux-être au travail et le mieux vivre en entreprise, cela ne doit rien au hasard. Retour sur un parcours qui sort des sentiers battus.

318
Se connaître, canaliser ses émotions sont les atouts du manager», indique Christine Perry, coach professionnel.
Se connaître, canaliser ses émotions sont les atouts du manager», indique Christine Perry, coach professionnel.
Se connaître, canaliser ses émotions sont les atouts du manager», indique Christine Perry, coach professionnel.
Se connaître, canaliser ses émotions sont les atouts du manager», indique Christine Perry, coach professionnel.

«Un jour, lors d’un entretien d’embauche, on m’a dit que j’avais toutes les compétences pour un profil de manager mais que j’étais trop humaine pour le poste. Et cela s’est reproduit plusieurs fois.» Ce moment de son itinéraire professionnel, Christine Perry ne l’a jamais oublié. Elle en a fait une force pour avancer et un pilier de conviction : quand on est bien dans son être, on est performant et épanoui dans son travail. Christine Perry : c’est d’abord un sourire éclatant. Et un rapport à l’autre dont se dégage une humanité palpable dès l’entame d’une conversation. Pour comprendre sa raison d’être en 2015, il faut remonter à la fin des années 70. Après son Bac, cette Vosgienne de naissance a fréquenté la Fac d’anglais avant de réussir un concours par lequel elle entre à la Sécurité sociale d’Épinal. La suite s’apparente à un grand virage puis à une révélation introspective. Une opportunité la mène vers l’industrie pharmaceutique pour le compte de plusieurs grandes entreprises. Cadre, elle montre talent et allant dans sa fonction d’attachée hospitalière. Responsable d’un secteur grand Est, Christine Perry est bientôt meilleure vendeuse de France puis d’Europe. Puis, tout bascule. Elle est placée en situation de licenciement économique. Un choc bien sûr mais une indéfectible ambition de rebondir vers un autre destin. Avec le recul, elle évoque cette période : «J’ai postulé à plusieurs postes de management mais en vain. Rapidement est née l’idée de mettre mon expérience et mes qualités humaines au service des autres. J’ai fait un bilan de compétences. J’ai d’abord voulu entrer dans une école classique de coaching mais j’ai été refusée. Mon entreprise m’a aidée à financer une formation pour que j’enclenche mon projet.» Voilà comment en septembre 2011, Christine Perry ouvre «Cohérence et performance». Depuis, elle met les fruits de son vécu personnel, et celui de tiers, dans les situations de stress liées aux restructurations, fusions et plans sociaux, à destination des chefs d’entreprise, managers, cadres….

Vaincre la peur du changement

Elle le dit avec enthousiasme : «Ce qui m’intéresse c’est d’aller chercher le meilleur chez une personne, l’aider à maîtriser ses émotions et à optimiser son potentiel professionnel et créatif.» Quatre ans après s’être lancée, ses références sont impressionnantes : médiatrice en entreprise, praticienne certifiée par l’Institut français de la Médiation, diplômée de l’ICN Business School de Nancy, formatrice en initiation à la prévention des risques psychosociaux certifiée par l’INRS ou encore praticienne en cohérence cardiaque formée auprès du CHRU de Lille. Elle aime répéter cette phrase de Paul Éluard qui lui sied si bien «Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous.» Christine Perry définit ce terme anglo-saxon de coaching, parfois mal identifié : «C’est un outil de management. Au final, le but est de parvenir à une bonne qualité de vie professionnelle qui amènera la performance. N’oublions pas. Manager c’est décider et trancher. Cela ne s’improvise pas. Il faut de vraies valeurs, une personnalité solide et sereine, les bonnes méthodes.» Christine Perry est affirmative : «Les situations de travail ne sont plus les mêmes qu’il y a trente ans. La pression du résultat est devenue omniprésente et plus pressante. Mais, la peur de l’inconnu face à une situation de changement de poste, d’entreprise est toujours là. De ces fragilités, il faut tirer des atouts.» Christine Perry, elle, a trouvé sa voie. Celle de valoriser l’humain au cœur de la sphère travail.