La performance des entreprises en Lorraine

Focus sur le Lean Sigma

Le besoin de compétitivité des entreprises en Lorraine n’est pas qu’un souhait, il s’agit d’une réalité qu’il nous faut atteindre.

402

Ceci passe par une refonte du rapport qualité-coût-délai des produits de l’entreprise, alors que les marges sont faibles, ce qui pénalise les capacités d’investissement. Dans ce même contexte, les entreprises qui ont pris depuis quelques temps le chemin du Lean Sigma dans le bon sens affichent, des croissances intéressantes, des marges confortables et réinvestissent dans leurs compétences afin de soutenir leur développement.

Mais que veut dire «bon sens» dans une démarche Lean Sigma ?

À lire certaines presses, le Lean est représenté comme une méthode productiviste à peine distinguable du taylorisme, et Six Sigma ou comme la dernière mode de conduite de projets pour rendre les entreprises plus «flexibles» et maintenir la pression sur les employés et les fournisseurs.

Le Lean Sigma est ce qu’on en fait, ce n’est pas une idéologie. Il s’agit d’une pratique qui fédère trois valeurs fondamentales :
– Le personnel de l’entreprise, force vive qui est génératrice de solutions. – Les clients internes et externes de l’entreprise, qui sont le focus de la satisfaction.
– Les objectifs stratégiques de l’entreprise, qui doivent être clairs et connus de tous.

Pour atteindre des niveaux d’excellence nous constatons dans la pratique que ces trois valeurs fondamentales trouvent leur équilibre lorsque cinq conditions sont remplies :
1° Lean Sigma devient une source d’acquisition de compétence, pas une démarche de réduction des coûts. Les dirigeants des entreprises qui améliorent leurs compétitivités avec Lean Sigma ouvrent la formation-action à tous, et évoluent par un management participatif pour l’ensemble de l’entreprise.

2° Les attentes clients sont identifiées et respectées : Un client qui émet une remarque sur un des points qualité, coût ou délai, n’est pas un râleur ! Il nous transmet une information qui est un sujet d’amélioration. Un client demande «l’impossible», c’est ce que nous nous devons d’innover pour avoir des clients demain.

3° Les flux sont accélérés et la variabilité maîtrisée : Éléments de base pour obtenir qualité et délai attendus par tous les clients, mais également pour développer les produits de demain. L’ensemble des flux au sein de l’entreprise et dans son environnement sont améliorés et fiabilisés. Flux produit, information, documentaire…

4° Les moyens de réussir sont mis à disposition : Chaque acteur au sein d’un processus a des devoirs et des attentes. Il est indispensable de permettre à tous les employés, en les formant, de ne pas contourner les problèmes mais de les résoudre au fur et à mesure qu’ils apparaissent.

5° Les conditions de travail sont améliorées et l’esprit est ouvert vers le kaizen : L’amélioration continue par petits pas est l’outil privilégié pour impliquer les employés dans l’amélioration de leurs propres conditions de travail et pour chercher des pistes d’innovation et d’évolution : les chantiers kaizen ne se délèguent pas.

L’entreprise crée de la richesse, la croissance crée de l’emploi, la qualité de l’offre crée des ventes, le kaizen améliore les conditions de travail et réduit les coûts en évitant les erreurs. La mise en œuvre d’une transformation Lean Sigma ne s’improvise pas, elle a des conséquences sur le management de l’entreprise qui est basé sur l’Homme avec pour notion centrale l’autonomie, la confiance et la responsabilisation.

michel.pilon
www.perfolor.fr