Partenariat offensif en marche

Nom de code : opération «500 visites pour l’emploi». Objectif : tenter d’enrayer la spirale infernale du chômage. Le 5 mai à la Maison de l’Entreprise de Maxéville, le Medef 54, Pôle emploi avec le soutien de l’ICN Business School, ont officialisé ce partenariat offensif. Depuis le lancement de l’opération, une quinzaine d’offres ont été récoltées.

416
Signature officielle de la convention «Opération : 500 visites pour l’emploi» entre le Medef 54 et Pôle emploi.
Signature officielle de la convention «Opération : 500 visites pour l’emploi» entre le Medef 54 et Pôle emploi.
Signature officielle de la convention «Opération : 500 visites pour l’emploi» entre le Medef 54 et Pôle emploi.
Signature officielle de la convention «Opération : 500 visites pour l’emploi» entre le Medef 54 et Pôle emploi.

L’emploi, une préoccupation pour une grande majorité des Français, pour le gouvernement, et pour les chefs d’entreprise dont notamment le Medef. Dans la lignée de l’opération nationale du mouvement «1 million d’emplois» lancée par Pierre Gattaz, le patron du Medef, la section meurthe-et-mosellane prend le taureau par les cornes en lançant sa propre opération.

Crainte de l’embauche

Nom de code : «500 visites pour l’emploi». Le principe : aller à la rencontre des entreprises pour récolter les besoins en embauche et surtout les informer des différents dispositifs et mécanismes qui existent (encore) pour favoriser l’embauche de collaborateurs. «La crainte de l’embauche est bien présente chez le chef d’entreprise. D’après certains sondages, ils sont près de 70 % à ne pas embaucher par crainte», assure Jacques-Philippe Chevalier, le président de la commission PME-PMI et secrétaire du Medef 54 à l’occasion du traditionnel petit déjeuner mensuel à la Maison de l’Entreprise de Maxéville. Invité pour l’occasion : Frédéric Danel, l’encore directeur régional de Pôle emploi en Lorraine (il va rejoindre prochainement Dijon et la région Bourgogne Franche-Comté, réforme territoriale oblige…). L’occasion de concrétiser, par une signature de convention, cette fameuse opération «500 visites pour l’emploi» dont la cheville ouvrière sont six stagiaires de l’ICN Business School, de véritables conseillers entreprises version Emploi.