Expertise comptable

Agecom dans le monde du réel

À l’heure où regroupements et mutualisations se généralisent, le cabinet d’expertise comptable Agecom perdure dans un mode de fonctionnement un peu à contre-courant. Avec succès. Ses coassociés, Bertrand Beisbardt et Émilien Poirson reviennent sur le quotidien de leur métier.

939
Émilien Poirson et Bertrand Beisbardt à la tête d’Agecom, créé en 2006.
Émilien Poirson et Bertrand Beisbardt à la tête d’Agecom, créé en 2006.
Émilien Poirson et Bertrand Beisbardt à la tête d’Agecom, créé en 2006.
Émilien Poirson et Bertrand Beisbardt à la tête d’Agecom, créé en 2006.

«Notre philosophie est axée sur la proximité avec nos clients. Ils savent qu’ils peuvent trouver des solutions à chaque instant en direct sans intermédiaires. Nos réponses doivent être immédiates et efficaces. L’humain au cœur de l’activité économique, c’est notre créneau», indiquent Bertrand Beisbardt et Émilien Poirson, cogérants du cabinet d’expertise comptable Agecom, lequel compte neuf collaborateurs et une équipe de professionnels associés, tels avocats, assureurs, banquiers, conseils en protection sociale du dirigeant et en gestion. Une ligne de conduite qui trouve toute sa cohérence quand on fait un focus sur la typologie de clientèle de l’entreprise dont les locaux se situent à Jarville : 80 % d’artisans, commerçants, professions libérales. Bertrand Beisbardt est un routier au long cours dans son métier. Il a débuté dans la comptabilité en 1980 suivant un cheminement qui lui permit de créer Agecom en 2006. De son expérience, il note : «Quand j’ai commencé, on faisait les bilans à la main. Les technologies comme la façon de traiter les dossiers ont changé l’expertise comptable. Un entrepreneur ne peut plus aujourd’hui se contenter d’un seul bilan. Il a besoin de tableaux de bord quotidiens, d’une visibilité de son affaire en permanence. Grâce à notre accompagnement mensuel, les clients n’attendent plus leurs bilans pour prendre les bonnes décisions.» À ses côtés, Émilien Poirson acquiesce. Dans de précédentes fonctions, il fut contrôleur de gestion hospitalier et auditeur au sein d’établissements médico-sociaux. Quand il devient expert-comptable en 2011, il croise le chemin de Bertrand Beisbardt, lequel souhaite dynamiser le chiffre d’affaires de son cabinet. La collaboration est actée et s’avère fructueuse. La spécialisation d’Émilien Poirson permet d’étendre les activités d’Agecom vers les cliniques, hôpitaux publics, établissements d’hébergement pour personnes âgées.

Baromètre de la conjoncture

Si quelques années les séparent, les deux professionnels partagent la même éthique. Émilien Poirson rappelle le cœur de leur profession : «Nous conseillons, jaugeons de la crédibilité des projets qui nous sont présentés. Nous remettons les créateurs dans le réel. Certains ont de très bonnes idées mais être gestionnaire, communiquer, se vendre, c’est parfois compliqué. Nous faisons un accompagnement de A à Z, des premières démarches de création jusqu’à la transmission d’entreprise.» Bertrand Beisbardt ajoute : «Notre priorité est de favoriser une relation personnalisée, de faire du sur-mesure pour chacun.» Agecom balaie un large champ de compétences éprouvées en matière organisationnelle générale, administrative et commerciale, financière, fiscale, sociale, juridique, informatique, de gestion. Le cabinet entend battre le cœur du monde artisanal et des très petites entreprises. Émilien Poirson analyse lucidement : «On ne peut pas cacher que la période est difficile. Clairement, la reprise se fait attendre. Le poids des charges est souvent sidérant. Cela freine bien des initiatives. Le conseil que nous donnons est de partir dans une création avec au minimum 10 000 euros.» Bertrand Beisbardt pointe, lui, les problématiques posées par les dirigeants : «Ils nous interrogent, veulent des réponses quant aux statuts les mieux adaptés, à l’optimisation de leur rémunération. Les questions sur leurs retraites viennent vers 45-50 ans.» Son associé garde volontiers des accents positifs : «La dynamique de création est bien là. Beaucoup de gens veulent se lancer. Nous recevons des personnes issues de valeurs sûres comme le BTP, la coiffure. Et il y a quelques effets de mode, comme le commerce des cigarettes électroniques ou les coachs». Agecom reste au centre du jeu entrepreneurial dans sa diversité, aiguillant les décisionnaires sur les bons rails.