L’AL3P monte en puissance

L’AL3P (Association Lorraine de promotion de la procédure participative) organise ce 18 septembre, avec le Barreau et le Tribunal de Grande Instance d’Épinal, une formation sur le droit collaboratif et la convention de procédure participative dans les locaux du TGI. Preuve du dynamisme affiché de l’association qui va ouvrir une antenne prochainement à Strasbourg.

332
L’AL3P organise ce 18 septembre à Épinal une formation sur le droit collaboratif et la convention de procédure participative.
L’AL3P organise ce 18 septembre à Épinal une formation sur le droit collaboratif et la convention de procédure participative.
L’AL3P organise ce 18 septembre à Épinal une formation sur le droit collaboratif et la convention de procédure participative.
L’AL3P organise ce 18 septembre à Épinal une formation sur le droit collaboratif et la convention de procédure participative.

Les MARD (Modes alternatifs de règlement des différends) à l’image de la conciliation, la médiation ou encore la procédure participative, commenceraient-ils à trouver leur place dans l’univers judiciaire ? Réponse timide mais tout de même affirmative de la part d’Hélène Cassier, expert de justice près la Cour d’appel de Nancy et présidente de l’association. «Les choses avancent et les avocats, tout comme les magistrats, commencent réellement à s’y intéresser», assure celle qui a organisé en mai dernier à Vandoeuvre une première réunion sur les MARD (voir notre n° 1704 du 27 avril).

Milieu des affaires

C’est d’ailleurs suite à cette réunion «que le président du TGI d’Épinal m’a demandé d’organiser une journée de formation.» Chose faite ce 18 septembre dans les locaux du TGI spinalien, en attendant une nouvelle à Strasbourg en début d’année prochaine. «Les modes de règlement amiables vont occuper une place éminente dans la Justice du XXIe siècle.» À l’occasion de la journée spinalienne, Maître Anne-Carine Ropars-Furet, avocate au Barreau de Paris, interviendra sur le droit collaboratif dans le milieu des affaires, signe indéniable que l’univers de l’entreprise est loin d’être oublié de ces nouvelles formes de règlement de confits. Reste que la démocratisation de l’utilisation de ces modes alternatifs est encore à réaliser. L’AL3P entend continuer à «prêcher la bonne parole». L’association va d’ailleurs créer prochainement une antenne à Strasbourg.