Foncières et Territoires

Les SCPI montent en puissance

Avec sa SCPI (Société civile de placement immobilier) Grand Est et sa consœur de Rhône-Alpes, la société de gestion nancéienne Foncières et Territoires propose aux investisseurs, depuis un an, des placements en immobilier d’entreprise jugés durables, sûrs, rentables voir même éthiques et citoyens. Le tout dans un marché estimé plus serein et dans un contexte général d’investissement favorable.

315
Frédéric Durand, président de Foncières et Territoires: «Notre objectif est de créer une SCPI par grande région économique.»
Frédéric Durand, président de Foncières et Territoires: «Notre objectif est de créer une SCPI par grande région économique.»
Frédéric Durand, président de Foncières et Territoires: «Notre objectif est de créer une SCPI par grande région économique.»
Frédéric Durand, président de Foncières et Territoires: «Notre objectif est de créer une SCPI par grande région économique.»

«Les Français aiment la Pierre ! Elle demeure un investissement sûr, refuge, toujours prisé.» Avec des bourses asiatiques (et d’autres) qui s’enrhument, des produits d’épargne plus ou moins toxiques, une situation géopolitique incertaine mais, point positif, un contexte général d’investissement plutôt favorable dans l’immobilier, tout semble donner raison à Frédéric Durand, le président de Foncières et Territoires dans son analyse des bienfaits de «ce placement de bon père de famille.» Depuis le lancement l’an passé de sa SCPI Grand Est consœur de Rhône-Alpes, toutes deux agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF), la société de gestion nancéienne, Foncières et Territoires (née en 1997 autour d’un modèle participatif original) propose aux épargnants de la région «un placement immobilier sûr au rendement régulier, offrant une traçabilité complète dans les investissements réalisés.» De l’investissement citoyen, version régionaliste, et en plus sécurisé (ou presque car le risque zéro même dans le secteur de l’immobilier d’entreprise n’existe pas). «Nous collectons, nous investissons et nous gérons au cœur même des territoires. Les gens investissent là où ils se sentent bien.»

Équipes au cœur des territoires

On n’est pas loin de l’épargne quasi éthique dans l’investissement immobilier, le tout avec une dose de développement durable, car une grande majorité des biens sélectionnés affichent aujourd’hui les traditionnels tampons HQE (Haute qualité environnementale) et autres BBC (Bâtiment basse consommation). Une stratégie de développement loin d’être anodine dans la perspective actuelle de grande région Acal (Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine) où les territoires vont devoir renforcer leur attractivité dans une compétition territoriale exacerbée. «Nos équipes, implantées au cœur même des territoires concernés, ont une parfaite connaissance du marché local, facilitant le sourcing d’actifs immobiliers et nous permettant de saisir les opportunités tout en accompagnant les PME régionales dans leur développement.» À leur actif dans l’agglomération nancéienne, notamment, l’immeuble hébergeant Pôle Emploi sur la ZAC du Plateau de Haye (avec un taux de rendement affiché de 8,90 %) ou encore un plateau de bureaux situés dans l’immeuble Les Muses dans le nouveau quartier de l’Amphithéâtre à Metz (taux de rendement annoncé de 7,72 %). Au total, Foncières et Territoires gèrent 100 000 m² de locaux avec 10 millions d’euros de loyers annuels gérés pour plus de 250 entreprises locataires de fonds sous gestion pour un taux d’occupation financier des immeubles de 96 %.

Contexte favorable

«Nos SCPI ont démarré leurs investissements dans un marché où les valeurs ont baissé, gage de plus-values potentielles intéressantes. Dans ce contexte d’investissement favorable, nous comptons créer de la valeur grâce à un effet levier par l’emprunt de 30 % maximum, couplé à des taux d’intérêt historiquement bas.» Le tout pour un ticket d’entrée de souscription, avec un minimum de dix parts, de 2 500 euros, «offrant un rendement de 5 % par an, que nous versons chaque trimestre.» Avec une capitalisation de plus de 2 millions d’euros, la seule SCPI Grand Est gère actuellement un patrimoine en immobilier d’entreprise, avec un taux d’occupation financier de 100 %, difficile de faire mieux ! Objectif affiché: «créer une SCPI par grande région économique.» Réforme territoriale oblige, la temporisation apparaît de mise avec pour 2016 une consolidation des deux SCPI existantes avec des vues vers le Sud et le Nord de l’Hexagone. Il ne restera plus qu’à attaquer la façade Ouest… plus tard.