«Il faut garder l’esprit des Rencontres»

Les Rencontres œnologiques de Pont-à-Mousson, organisées par le caviste indépendant nancéien Les Domaines, sont programmées cette année du 23 au 25 octobre. Pour cette 15ème édition, une cinquantaine de producteurs sont annoncés, dont un en provenance du Portugal, une première ! Celle-ci va se dérouler dans un contexte un peu plus clément avec les bonnes récoltes 2014, et à moindre échelle de 2015, après les années noires antérieures. L’an passé 3 500 visiteurs ont fait le déplacement, ce qui interroge sur le format même de la manifestation. Pour Gautier Maire, son instigateur, l’esprit des Rencontres doit, et va, perdurer. Partage et découverte demeure l’apanage de cette aujourd’hui mini institution régionale.

321
«L’esprit des Rencontres se doit de perdurer. Partage et échange avec les producteurs demeurent l’essence même de la manifestation», assure Gautier Maire des Domaines de Nancy.
«L’esprit des Rencontres se doit de perdurer. Partage et échange avec les producteurs demeurent l’essence même de la manifestation», assure Gautier Maire des Domaines de Nancy.
«L’esprit des Rencontres se doit de perdurer. Partage et échange avec les producteurs demeurent l’essence même de la manifestation», assure Gautier Maire des Domaines de Nancy.
«L’esprit des Rencontres se doit de perdurer. Partage et échange avec les producteurs demeurent l’essence même de la manifestation», assure Gautier Maire des Domaines de Nancy.

Les Tablettes Lorraines : Les années 2011, 2012 et surtout 2013 ont été mauvaises pour l’univers viticole. Le contexte est-il plus favorable à la veille de la tenue de vos 15ème Rencontres oenologiques, annoncées du 23 au 25 octobre prochain à l’Abbaye des Prémontrés à Pont-à Mousson ?

Gautier Maire : Sur la période 2011- 2013, on peut facilement dire que les producteurs ont fait deux récoltes en trois ans. Chaque année, il manquait environ 30 % pour faire une récolte acceptable. Les millésimes 2014, et à moindre échelle ceux de cette année, apparaissent beaucoup plus propices et prometteurs. Les producteurs sont, disons, un peu plus détendus du fait de meilleures récoltes. Cela va donc se ressentir, en toute logique, dans les prix pratiqués. Comme l’an passé, nous allons d’ailleurs proposer des prix de vin en dessous des prix propriété. Un vin par domaine sera de nouveau concerné lors des Rencontres.

Combien de producteurs seront regroupés cette année à l’Abbaye des Prémontrés ?

Nous avons une cinquantaine de producteurs de différentes grandes régions viticoles de l’Hexagone. Nous aurons également, pour la première fois cette année, la présence d’un producteur en provenance du Portugal, de Lisbonne. Il proposera des vins rouges friands et gourmands. Pourquoi la venue de ce producteur portugais ? C’est une maison avec laquelle nous travaillons depuis une dizaine d’années. Nous l’avons récemment croisé sur un salon professionnel et nous lui avons proposé de venir aux Rencontres et il a accepté.

Une ouverture supplémentaire pour vous vers l’Europe et l’international ?

Nous tentons de proposer un vaste panel de choix et de découvertes aussi bien issu des cépages français que de l’étranger. Le vin n’a pas de frontière, et la découverte de ce qui se fait chez nos voisins est des plus enrichissante.

Et du point de vue régional ?

À côté des vins régionaux que nous connaissons bien maintenant et comme nous sommes Lorrains, nous mettons tout en oeuvre pour montrer et surtout démontrer que de belles choses se font dans la région. Pour l’édition 2015 nous avons décidé de mettre en avant les produits élaborés par Miranille à base de liqueur de mirabelles comme le Miranito, le mojito lorrain.

3 500 visiteurs étaient présents l’an passé, l’affluence ne risque pas de faire perdre un peu l’esprit des Rencontres ?

C’est un point d’orgue pour nous de ne pas changer, l’essence même de la manifestation. Garder l’esprit des Rencontres avec cette notion de réel partage entre les producteurs et les visiteurs est notre leitmotiv. Les Rencontres œnologiques ne seraient plus les Rencontres autrement. Nous garderons toujours cette philosophie.