BTP

Le Mess de Verdun, côté coulisse

Pour la 13ème opération des coulisses du bâtiment, la Fédération du BTP 55 avait convié 255 élèves de 3ème et de seconde et leurs professeurs à venir découvrir les travaux de rénovation de l’ancien Mess de Verdun, qui se transforme actuellement en un hôtel 4 étoiles. L’occasion (rare) pour des jeunes, des professeurs et des chefs d’entreprise d’échanger.

420
255 élèves et 29 accompagnants ont visité les coulisses du chantier de construction de l’hôtel 4 étoiles de Verdun le 8 octobre dernier.
255 élèves et 29 accompagnants ont visité les coulisses du chantier de construction de l’hôtel 4 étoiles de Verdun le 8 octobre dernier.
255 élèves et 29 accompagnants ont visité les coulisses du chantier de construction de l’hôtel 4 étoiles de Verdun le 8 octobre dernier.
255 élèves et 29 accompagnants ont visité les coulisses du chantier de construction de l’hôtel 4 étoiles de Verdun le 8 octobre dernier.

Cette année, seul le Nord meusien a accueilli l’opération «Les coulisses du bâtiment», la faute aux manques de chantiers sur le Sud du département ; signe que l’activité n’est pas encore à la reprise et que les entreprises continuent de souffrir avec des trésoreries particulièrement fragilisées dans ce territoire rural. Malgré ce contexte, ce 8 octobre était placé sous le signe de la convivialité. Et pour cause, les chantiers sont toujours fermés au public alors quand les entreprises acceptent d’ouvrir les portes, la curiosité est au rendez-vous, tout comme l’enthousiasme suscité par les jeunes. En organisant chaque année cette opération, la Fédération du BTP cherche à dévoiler la diversité des métiers, à mettre un coup de projecteur sur les conditions des travaux mais aussi à montrer une autre image, plus positive, du secteur. «On souhaite aussi séduire des futurs apprentis», affirme André Poirot, le président de la Fédération meusienne. Si le nombre de chantiers est limité du côté des collectivités, en revanche, un chantier d’ampleur porté par des privés passionne les Meusiens. Et pour cause, l’imposant bâtiment du Quai de la République qui abritait autrefois l’ancien Mess des officiers de Verdun, est en train d’être transformé en hôtel. Quatre Meusiens se sont associés et engagés dans cette aventure. Sylvain et Julien Lebras, David Faivre et Philippe Ménissier sont donc en première ligne avec la ferme volonté de réussir leur pari : ouvrir l’établissement pour le mois de mai 2016 et ainsi profiter du Centenaire pour lancer leur activité.

Le 4 étoiles… en travaux

En investissant pas moins de 7 millions d’euros, ils souhaitent donner une autre image de la Meuse et de Verdun et surtout mettre en avant les produits locaux. «On a pour objectif que les touristes restent dormir sur Verdun et ne partent pas à Metz ou ailleurs», confient-ils. Il s’agira du deuxième 4 étoiles de Meuse, après le château des Monthairons. L’établissement comptera également un bar et un restaurant ainsi qu’une grande salle de conférence pouvant accueillir 150 personnes. La Fédération du BTP 55 n’a pas dû beaucoup insister pour convaincre les quatre associés d’ouvrir ce chantier : «on est des entrepreneurs et on veut montrer que l’on peut fédérer autour d’un tel chantier car 95 % des entreprises qui travaillent sur le site sont meusiennes.», explique Philippe Ménissier. Comme pour les éditions précédentes, les professeurs motivés et des jeunes intéressés ont assisté à des démonstrations orchestrées par le CFA de Pont-à- Mousson. Cette année, l’intervention du groupe femmes dirigeantes BTP Meuse s’est invité afin de rappeler que «les filles ont toute leur place et que les métiers évoluent», précise Patricia Gallet, la secrétaire de la Fédération. Pour cette journée, le maire de Verdun, les entreprises, les architectes, la maîtrise d’oeuvre, … tous ont répondu présent. Reste deux demandes : les professeurs voudraient revenir l’année prochaine avec les mêmes élèves pour visiter l’établissement flambant neuf… et les quatre associés souhaitent organiser une autre porte ouverte pour le grand public ; deux challenges, qui verront peut-être le jour… La Fédération du BTP 55 y réfléchit déjà.