Marchés publics

Opération démystification

Les marchés publics, une machine de guerre pour les PME et TPE ! Histoire de tenter de démystifier ce secteur, votre hebdomadaire économique et régional vient d’organiser, le 13 octobre dernier dans les locaux de Fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle à Nancy, un petit déjeuner d’information sur le thème «Répondre à un marché public». Maître Claude Richard, avocat nancéien spécialiste du secteur, a dressé la liste des bons réflexes pour accéder à cette procédure administrative complexe pour bon nombre.

381
Ambiance studieuse le 13 octobre à l’occasion du petit déjeuner d’information sur «Répondre à un marché public», organisé par votre hebdomadaire économique et régional dans les locaux de la Fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle à Nancy.
Ambiance studieuse le 13 octobre à l’occasion du petit déjeuner d’information sur «Répondre à un marché public», organisé par votre hebdomadaire économique et régional dans les locaux de la Fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle à Nancy.
Ambiance studieuse le 13 octobre à l’occasion du petit déjeuner d’information sur «Répondre à un marché public», organisé par votre hebdomadaire économique et régional dans les locaux de la Fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle à Nancy.
Ambiance studieuse le 13 octobre à l’occasion du petit déjeuner d’information sur «Répondre à un marché public», organisé par votre hebdomadaire économique et régional dans les locaux de la Fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle à Nancy.

La simplification a beau lieu d’être à l’ordre du jour, l’accès à la commande publique pour les PME et TPE provoque toujours de nombreuses controverses voire certains reproches dans l’univers entrepreneurial concerné. Constat de nouveau établi le mardi 13 octobre dernier à l’occasion d’un petit déjeuner d’information (organisé par votre hebdomadaire économique et régional) au siège de la Fédération du BTP de Meurthe-et-Moselle à Nancy sur le thème générique «Répondre à un marché public». Avant l’aspect purement technique en matière de dématérialisation et de réponses aux appels d’offres, présenté par Christelle Schlesser notre directrice des éditions, Maître Claude Richard, avocat à Nancy et membre de l’ACE (Association des Avocats Conseils d’Entreprises) Lorraine et spécialiste du secteur, a essayé de démystifier ce système devant un parterre de représentants de PME et TPE plus ou moins dubitatifs quant à la possibilité d’accéder à la commande publique et aux difficultés de recours qu’ils pourraient rencontrer lors de l’obtention voire de la réalisation du marché.

Question de réflexes

«Face à l’administration, nous sommes devant des mastodontes qui savent parfaitement aiguiller les choses dans leur sens», intervient un participant affichant vingt-cinq années de pratique de la commande publique. Reste que des réflexes simples et de bon sens, existent pour tenter de ne pas être trop dépourvu et tirer profit de la manne d’activités que représente (malgré la baisse drastique enregistrée) le secteur public. Assurer une veille constante pour identifier les appels d’offres en passant par l’analyse des réels besoins de l’acheteur public pour adapter efficacement son offre ou encore répondre à un appel d’offres via un groupement d’entreprise. Maître Claude Richard a exposé une dizaine de réflexes que l’entreprise doit avoir avant de se lancer dans l’aventure de la commande publique. «Les choses bougent mais la simplicité engagée va prendre du temps, beaucoup de temps», assure l’homme de Droit avec, comme sous-entendu, un temps assez long de l’adaptation de certaines administrations. Du temps, les PME et TPE n’en n’ont pas vraiment et certaines préfèrent, encore, passer à côté d’un marché plutôt que «perdre» ce temps précieux à tenter de le gagner.