Coursiers Cyclistes Lorrains

À «braquet ouvert» depuis dix ans…

Depuis dix ans, à bord de ses triporteurs, Romain Thirion, gérant et fondateur de la société nancéienne Coursiers Cyclistes Lorrains, arpente les rues de Nancy et de son agglomération pour transporter, livrer, colis et autres courriers. Si les a priori et les idées reçues ont la vie dure, l’affaire roule grâce à une détermination sans faille de son créateur. Le concept s’affiche comme une solution indéniable dans cette lutte continue de maîtrise de la pollution et de développement durable. Certains en parlent (beaucoup), d’autres le font ! À l’aube de la COP 21 sur le réchauffement climatique, rencontre avec celui qui en connaît un rayon sur le sujet.

376
Romain Thirion, gérant et fondateur de Coursiers Cyclistes Lorrains: «On me prend encore parfois pour un extraterrestre…»
Romain Thirion, gérant et fondateur de Coursiers Cyclistes Lorrains: «On me prend encore parfois pour un extraterrestre…»
Romain Thirion, gérant et fondateur de Coursiers Cyclistes Lorrains: «On me prend encore parfois pour un extraterrestre…»
Romain Thirion, gérant et fondateur de Coursiers Cyclistes Lorrains: «On me prend encore parfois pour un extraterrestre…»

Une moyenne de soixante à soixante-dix kilomètres par jour dans Nancy et son agglomération avec une précieuse cargaison pouvant atteindre facilement la soixantaine de kilos. Le tout à la force des mollets et avec une condition physique qui va de pair pour avaler les jolis petits dénivelés bien présents dans les méandres de la cité ducale et de ses environs. Romain Thirion donne ses jolis coups de pédales depuis maintenant dix années (épaulé depuis quatre ans par son collaborateur-salarié Richard) au sein de son entreprise Coursiers Cyclistes Lorrains. Sa mission au quotidien ? Livrer, acheminer colis, courrier, papiers administratifs urgents et autres plis primordiaux pour le compte de collectivités territoriales, de clients privés et surtout de nombreuses entreprises locales. Un service version «vert» surfant sur la vague du développement durable qui a tout de même du mal à réellement déferlé dans la réalité. «Quand j’ai débuté en 2006, on me prenait pour un extraterrestre. Les choses ont un peu évolué mais elles n’ont pas réellement changé», assure ce passionné de la petite reine.

Solution au dernier km de livraison…

À l’époque, jeune et fraîchement diplômé, il recherche un emploi notamment comme commercial dans le secteur du sport. Sur un salon du vélo, il rencontre l’un des créateurs de la société lyonnaise Becycle (l’une des premières à s’installer réellement sur le marché de la livraison et des coursiers à vélo en particulier pour les entreprises). Le courant passe, Romain Thirion rejoint le peloton des Lyonnais et développe l’affaire à Nancy. «Et maintenant, dix ans après je suis toujours là et l’affaire continue grâce notamment à des clients fidèles qui m’ont fait, et me font, toujours confiance, et reconnaissent l’intérêt de passer par mes services.» L’aventure continue, dorénavant sous son propre nom Coursiers Cyclistes Lorrains, avec une armada de services plus : comme la livraison dans l’heure ou encore dans l’urgence. «C’est indispensable d’être réactif même si parfois c’est délicat, mais nos missions et courses sont toujours élaborées en analysant les délais d’acheminement, les distances à parcourir et les encombrements possibles détectés sur le trajet.» À quelques jours de la COP 21 à Paris sur le réchauffement climatique, Coursiers Cyclistes Lorrains s’affiche comme une alternative voire une solution pragmatique au mouvement environnemental de la gestion des fameux derniers kilomètres de livraison en ville. Le développement durable, beaucoup en parlent, d’autres le font au quotidien : c’est le cas de Romain Thirion dans ses échappées quotidiennes. Bravo le cycliste…

PARTAGER
Article précédentLe haut de gamme gagnant
Article suivantEntreprise