Attentats du 13 novembre Et le temps s’arrêta…

Les attentats du 13 novembre à Paris raisonnent encore après plusieurs jours et leurs conséquences sur la vie de tout un chacun ne font que commencer. Entre état d’urgence et mesures de sécurité renforcées, les Lorrains se doivent de s’adapter. Le monde économique n’échappe pas à la règle.

333
Drapeau en berne hier, aujourd’hui la vie et les activités ont repris mais différemment…
Drapeau en berne hier, aujourd’hui la vie et les activités ont repris mais différemment…
Drapeau en berne hier, aujourd’hui la vie et les activités ont repris mais différemment…
Drapeau en berne hier, aujourd’hui la vie et les activités ont repris mais différemment…

Maintenir ou non certaines manifestations ! Déjà certains semblent peu enclins à envisager ces possibilités d’annulation de crainte de voir leur propre activité touchée. Il est certain que bon nombre de pans de l’économie vont subir de plein fouet les conséquences sécuritaires plus que nécessaires liées aux attentats perpétrés le vendredi 13 novembre dans la capitale. Les professionnels des secteurs du tourisme, du spectacle, de l’événementiel et à moindre mesure ceux de la restauration, s’interrogent (plus ou moins légitimement) sur la baisse quasi certaine de leur activité.

Travail d’anticipation

Avec l’état d’urgence déclaré en pleine période de veille des fêtes de fin d’année, l’économie régionale devrait en ressentir les effets. Reste que toutes les mesures prises sont plus que nécessaires face à cette menace terroriste qui est loin d’être éphémère. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les dispositifs en termes de vigilance ne sont pas encore tous connus. «Pour chaque manifestation prévue, un travail d’anticipation sera engagé», assure la préfecture de Meurthe-et-Moselle après les rencontres effectuées par Philippe Mahé, le préfet, avec les maires du département mais également les représentants des chambres consulaires ou encore ceux des lieux recevant du public. Le temps s’est arrêté les jours suivants le 13 novembre pendant le deuil national. Aujourd’hui, l’activité a repris mais d’une façon différente et nécessaire. Cela tout le monde doit en être bien conscient.