Bureautique-Impression

Est Multicopie abat la carte 3D

L’impression 3D, un marché en phase de maturité aujourd’hui sur lequel les Lorrains de chez Est Multicopie (groupe Sequoia) se positionnent fortement, histoire de s’assurer de nouveaux segments de marché dans un univers de la bureautique en plein mouvement. Un nouvel univers que les équipes de Lionel Fousse ont fait découvrir à plusieurs prospects à l’occasion d’une journée portes ouvertes chez Clément SAS à Seichamps mi-octobre.

1319
«L’impression 3D est un marché en phase de maturité, mieux vaut être là au début !», assure Lionel Fousse, le directeur général d’Est Multicopie.
«L’impression 3D est un marché en phase de maturité, mieux vaut être là au début !», assure Lionel Fousse, le directeur général d’Est Multicopie.
«L’impression 3D est un marché en phase de maturité, mieux vaut être là au début !», assure Lionel Fousse, le directeur général d’Est Multicopie.
«L’impression 3D est un marché en phase de maturité, mieux vaut être là au début !», assure Lionel Fousse, le directeur général d’Est Multicopie.

«L’impression 3D est un marché en phase de maturité, mieux vaut être là au début !» Dixit Lionel Fousse, le directeur d’Est Multicopie à l’occasion des journées portes ouvertes organisées par cette entité du groupe Sequoia (holding spécialisée dans les domaines de la bureautique, de l’impression et de la gestion documentaire) dans les locaux de l’un de ses clients : Clément SAS à Seichamps mi-octobre. «Il était nécessaire pour nous d’anticiper la fin de la mutation entamée depuis plusieurs années du noir et blanc à la couleur dans l’univers de l’impression bureautique», explique celui qui est à la tête de cinq agences en Lorraine et une sixième à Charleville-Mézières qui annonce afficher en 2015 un chiffre d’affaires frôlant les 15 millions d’euros (il oscillait entre 6 et 7 millions quand Est Multicopie, créée en 1983, intègre le groupe Sequoia à sa création en 2006). Les secteurs du numérique et celui des connexions multifonctions sont maîtrisés avec toujours cette philosophie d’accompagnement de la clientèle dans la performance opérationnelle quotidienne. «En optimisant leurs flux d’impression et leur gestion documentaire», il devenait quasiment indispensable pour les Lorrains de se positionner rapidement sur un marché en devenir.

Demandes des clients

L’impression 3D tombait pratiquement sous le sens. «L’effet de mode est terminé, bon nombre de nos clients ont des demandes et voient dans l’impression 3D une réponse plus qu’utile.» Tous les domaines apparaissent concernés à l’image des bureaux d’études pour la réalisation de maquettes pour les études de pièces, l’industrie pour les prototypes ou encore la mode, l’éducation, la médecine. En contrat d’exclusivité avec le groupe américain 3D Systems, Est Multcopie propose pour le moment deux types de machines : le modèle FlashForge Dreamer pour les impressions en petits volumes et son grand frère le ProJet 660 Pro pour des impressions 3D de grande capacité et de haute résolution. 100 000 euros d’investissement sur un an auront été nécessaires pour effectuer cette anticipation du marché de l’impression 3D pour les Lorrains. Reste juste à réellement démocratiser cette nouvelle technologie jugée, par bon nombre, comme tout simplement révolutionnaire.