BTP

BTP 55 a besoin d’oxygène… et de chantiers !

En novembre 2015, André Poirot prenait la tête de la Fédération du BTP 55, succédant à Pierre Nicora. Depuis plusieurs mois, il alerte les élus sur l’état de santé précaire des entreprises meusiennes, qu’elles soient d’ailleurs petites ou grandes, anciennes ou récentes. Il demande avant tout des chantiers pour que les entrepreneurs retrouvent un peu d’espoir. Rencontre.

115
Vous devez être connectés pour visualiser cet article