Commerce

Multi-Modal Shuttle, la nouvelle autoroute commerciale Le plus grand port fluvial céréalier de France, sous l’impulsion de la CCI de la Moselle et de ses partenaires publics (Ville de Metz, conseils départemental et régional, communauté d’agglomération de Metz Métropole…) a étendu ses activités en construisant une plate-forme à conteneurs trimodale d’un montant estimé à 14 […]

215

Multi-Modal Shuttle, la nouvelle autoroute commerciale

Le plus grand port fluvial céréalier de France, sous l’impulsion de la CCI de la Moselle et de ses partenaires publics (Ville de Metz, conseils départemental et régional, communauté d’agglomération de Metz Métropole…) a étendu ses activités en construisant une plate-forme à conteneurs trimodale d’un montant estimé à 14 millions d’euros. Fondée par la Société des ports de Metz et le logisticien allemand aux commandes du port de Bonn (AZS), la société MMS assure une navette de porte-conteneurs entre Metz et Bonn. Un service ininterrompu avec deux départs par semaine de la Moselle. En 2014, 3 200 EVP (équivalent vingt pieds : unité de mesure des conteneurs) ont été traités par MMS. 6 790 EVP devraient l’avoir été fin 2015. Et l’objectif 2016 est de 10 000 EVP.

Industrie
CMI renforce sa base de Distroff

L’entreprise CMI Mecarep, implantée à Distroff, poursuit sa stratégie de spécialisation en produisant, fabriquant et assemblant uniquement des pièces pour l’armement. La stratégie de l’entreprise, désormais intégrée dans CMI défense SAS, s’inscrit dans le contexte de l’aménagement, par le groupe CMI, du campus de formation de Commercy et de la signature d’un contrat avec le premier fabricant mondial d’armes, General Dynamics. Le site de Distroff emploie 40 salariés et pourrait créer une dizaine d’emplois.

Santé
Une structure pour enfants handicapés en projet

Créée en 2014, l’association Enfants handicapés le droit d’apprendre (EHDA), qui oeuvre en faveur des enfants porteurs d’autisme de haut niveau, sera épaulée dans un futur proche par une structure adaptée autour d’ateliers d’apprentissage à travers la méthode Montessori et du soutien scolaire. Cette nouvelle structure qui sera située à Thionville, accueillera dans un premier temps un nombre limité d’enfants, permettra à ces derniers de se sentir respectés dans leurs difficultés, dans leurs différences, dans leurs rythmes de développement et d’apprentissage. À terme, l’objectif est d’agrandir la structure et de décrocher le label éco-école. À présent, il faudra trouver 11 600 euros. Numérique Open Edge toujours aussi novateur ! Open Edge, société située à Folschviller, est connue pour s’être lancée depuis 3 ans dans la construction d’imprimantes 3D permettant de réaliser des objets volumiques à partir d’un fichier informatique. Aujourd’hui, celle-ci se lance dans un autre projet d’envergure en lançant un appel de fonds sur Kickstarter afin de financer une nouvelle imprimante dotée d’une buse conique, la Mondrian. À cette fin, 30 000 euros sont ainsi recherchés.

Sport
Le Snowhall en reconquête !

Le directeur de la piste de ski indoor d’Amnéville, Jean-Marc Vaccaro et le conseil d’administration du Snowhall ont présenté, à la demande du préfet, un vaste plan de relance de l’activité pour endiguer la dégringolade des chiffres, sur trois ans. Les pistes privilégiées sont nombreuses, notamment, celle de rendre le bâtiment éco-responsable via la mise en place d’une éolienne, un système de récupération des eaux de pluie ou encore l’optimisation de la machinerie du froid. Des investissements sont aussi prévus à travers les badges électroniques, le wifi, les écrans vidéo et la communication. En termes de financement, un protocole est sur le point d’être signé avec la région et le département pour l’ensemble du pôle touristique. L’objectif visé est de changer l’image du Snowhall pour son intérêt sportif et touristique.

Industrie
Nouveau coup dur pour l’acier européen

Après une négociation infructueuse avec le fonds de pension Klesch Group, le groupe Tata Steel entre en négociation exclusive avec le fonds d’investissement Greybull Capital pour la cession de ses activités de produits longs, dont une partie se situe dans l’usine d’Hayange. L’entreprise mosellane, qui emploie 450 salariés, a signé en octobre dernier un contrat de fourniture pour la SNCF lui permettant de remplir son carnet de commandes pour 9 ans. Le dossier est observé avec beaucoup d’attention d’autant que, confronté au dumping chinois, le secteur de l’acier en Europe est en situation critique et a supprimé plus de 5 000 emplois ce dernier trimestre.

PARTAGER
Article précédentLoisirs
Article suivantChômage