La SAS Maral meuble votre maison

Nom : SAS Maral. Localisation : Lexy, rue de Longwy. Effectif : 20. CA : 3 millions d’euros. Signe particulier : capital à 100 % familial.

414
Éric De Aranjo, le gérant.
Éric De Aranjo, le gérant.
Éric De Aranjo, le gérant.
Éric De Aranjo, le gérant.

En 1991, Éric De Aranjo, ancien professeur des écoles réorienté en école de commerce, rejoint l’entreprise familiale. Il est l’unique gérant et détient 1/6 des parts de l’entreprise. Maral (contraction : Meubles, Articles ménagers, Radio-TV, Art et décoration, Luminaires) naît dans les années 70, de la volonté du père de l’actuel gérant et deux de ses oncles. Initialement spécialisée dans le meuble traditionnel, l’entreprise évolue depuis 1986 sous la franchise BUT, avec une indépendance juridique et financière, mais dans l’obligation du respect de la politique commerciale de l’enseigne. Selon le gérant : «les particuliers, parfois les collectivités, et notamment les mairies constituent l’essentiel de la clientèle.»

Une érosion du chiffre d’affaires

La ventilation du chiffre d’affaires fluctue au fil des années. L’ameublement représente «aujourd’hui entre 60 % et 70 % de nos ventes, le reste étant de l’électroménager» précise le gérant. Avec près de 3 millions d’euros hors taxes de chiffre d’affaires, l’année 2015 marque un léger rebond depuis un an et demi, après une décroissance les années antérieures. La concurrence de l’e-commerce a considérablement joué dans cette érosion. Pour se maintenir et se démarquer, Maral mise sur l’enseigne BUT, et sur une meilleure localisation de manière à «être dans la bonne zone commerciale pour être compétitif, notamment, si l’on regarde la situation géographique et la concurrence à laquelle on doit faire face» note-t-il. En effet, le magasin BUT de Lexy – rue de Longwy – est confronté à la concurrence des grandes villes de la région, mais également des surfaces de vente de biens d’équipements pour la maison de la «zone Auchan». Ainsi le gérant veut saisir l’opportunité de la construction d’un Leclerc et de sa zone commerciale «qui verra le jour dans un an et demi et devrait apporter de nouveaux clients». L’entreprise d’une vingtaine de salariés pourra se projeter sur le long terme et pérenniser la présence de l’enseigne dans la région.

camille.schaub