Préfecture de Meurthe-et-Moselle

Un sous-préfet en charge de l’Éco en vue

Avec l’annonce de l’arrivée, le 1er février d’Imed Bentaleb, sous-préfet en charge des affaires économiques, Philippe Mahé, le préfet de Meurthe-et-Moselle confirme la volonté de l’État de faire de l’économie et de l’emploi la seconde priorité majeure après la sécurité intérieure, état d’urgence oblige.

910
«J’ai obtenu de l’État un sous-préfet en charge des affaires économiques», assure Philippe Mahé, le préfet de Meurthe-et- Moselle.
«J’ai obtenu de l’État un sous-préfet en charge des affaires économiques», assure Philippe Mahé, le préfet de Meurthe-et- Moselle.
«J’ai obtenu de l’État un sous-préfet en charge des affaires économiques», assure Philippe Mahé, le préfet de Meurthe-et- Moselle.
«J’ai obtenu de l’État un sous-préfet en charge des affaires économiques», assure Philippe Mahé, le préfet de Meurthe-et- Moselle.

L’état d’urgence n’est pas uniquement lié à la sécurité du territoire, il est également «économique et social» pour reprendre les mots de François Hollande, le président de la République, à l’occasion de ses voeux de début d’année. Ce 18 janvier, il présentera son plan pour l’emploi, attendu par bon nombre et présenté comme l’une des dernières cartouches en la matière de son quinquennat. Cette ligne de conduite est claire en Meurthe-et-Moselle et même renforcée. «J’ai obtenu de l’État qu’un sous-préfet en charge des affaires économiques soit nommé», assure Philippe Mahé, le préfet de Meurthe-et-Moselle. Chose faite par décret du président de la République depuis le 31 décembre dernier. Le 1er février, Imed Bentaleb, en provenance de la Martinique, prendra ses fonctions dans le département. «C’est une nécessité ! De multiples projets de développement économique sont présents en Meurthe-et-Moselle avec, notamment, l’émergence de la métropole. Il est nécessaire d’accompagner au mieux ces projets et au plus près des territoires concernés.»

Le dossier Velaine-en-Haye

Exemple typique parmi d’autres : une réflexion sera rapidement engagée sur l’actuelle zone d’activité de Velaine-en-Haye avec en toile de fond le campus de l’ONF (Office national des forêts). «Sa fermeture au 30 juin n’est plus un préalable. Des études vont être menées par un expert et il y aura cession des terrains à l’EPFL (Établissement public foncier de Lorraine) dans le courant du premier semestre pour en faire un véritable parc d’activités.» Des dossiers comme celui-ci, le nouveau sous-préfet en aura d’autres tout comme ceux liés au programme d’investissements d’avenir «où bon nombre de projets meurthe-et-mosellans sont éligibles» ou encore ceux liés au Pacte Lorraine toujours d’actualité «mais sur lequel certaines entreprises du département ont fait mention qu’inquiétudes», et naturellement le fameux plan d’action de lutte contre les offres d’emplois non pourvues (sur lequel un premier bilan devrait être tiré prochainement). Tout cela méritait bien un sous-préfet dédié.