Entreprendre : le défi jeune…

«Entrons dans le vif du sujet ! Comment les jeunes peuvent-ils obtenir des financements pour entreprendre ?» Dans les grands salons de l’hôtel de ville de Nancy, l’interrogation de cet étudiant d’une grande école nancéienne jette un froid parmi certains représentants du monde entrepreneurial présents et passe gentiment inaperçue pour une grande majorité de la […]

352

«Entrons dans le vif du sujet ! Comment les jeunes peuvent-ils obtenir des financements pour entreprendre ?» Dans les grands salons de l’hôtel de ville de Nancy, l’interrogation de cet étudiant d’une grande école nancéienne jette un froid parmi certains représentants du monde entrepreneurial présents et passe gentiment inaperçue pour une grande majorité de la jeune assistance. Cette phrase en dit pourtant long sur la vision d’une partie de la jeunesse sur l’entrepreneuriat. Bien qu’il soit, sans aucun doute, excellent dans son cursus scolaire, le jeune étudiant n’a tout simplement rien compris à l’essence même de l’esprit d’entreprendre. «Entreprendre, c’est une question d’envie, de passion, le financement ne vient quand dernier ressort.» Réponse bien amenée d’un des intervenants de cette conférence-débat à l’occasion du lancement du club Lorraine Junior-Entreprises la semaine dernière. À croire que l’entrepreneuriat ne se résumerait qu’à une ouverture de vannes financières. Définition bien réductrice donnée à l’entrepreneuriat. Un terme mis aujourd’hui à toutes les sauces, comme un remède à tous les maux de la société actuelle. Entreprendre oui, mais dans quel but ? Créer de la richesse, la partager, la faire fructifier pour en faire bénéficier un plus grand nombre. L’approche est beaucoup plus digne et louable et elle est encore présente chez bon nombre d’entrepreneurs. Quid des entrepreneurs de demain qui sous couvert, pour certains, d’économie collaborative ne voient que leur satisfaction (sonnante et trébuchante) personnelle. Entreprendre, c’est créer mais surtout partager et en ces temps où la notion même d’entreprendre est récupérée, voire galvaudée, il est bon de la rappeler à certaines petites têtes blondes, sans doute bien pleines, mais pas encore forcément bien faites.

emmanuel.varrier