Tous les Acaliens et toutes les Acaliennes…

Lotharingie, Grand Est, Austrasie ou encore le plus simplement du monde : Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine (Acal)…même si l’abréviation ne semble pas réellement trouver grâce, notamment, aux yeux de Philippe Richert, le président du Conseil régional. Quel nom donner à notre nouvelle région XXL ? C’est la question cruciale, si l’en est, que se pose l’exécutif […]

383

Lotharingie, Grand Est, Austrasie ou encore le plus simplement du monde : Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine (Acal)…même si l’abréviation ne semble pas réellement trouver grâce, notamment, aux yeux de Philippe Richert, le président du Conseil régional. Quel nom donner à notre nouvelle région XXL ? C’est la question cruciale, si l’en est, que se pose l’exécutif régional. À l’occasion de sa dernière séance plénière du 25 janvier, il a lancé «une grande démarche participative pour la dénomination de la Grande Région» avec la composition d’un comité de réflexion et d’accompagnement de la démarche, un partenariat et une sollicitation de la presse régionale, histoire de toucher un large public, le tout ponctué par une consultation citoyenne de manière à ce «que les citoyens puissent exprimer leur avis sur la dénomination qu’ils plébiscitent.» Mais attention, parmi les trois dénominations identifiées préalablement par le comité de réflexion. On ne va tout de même donner tout le pouvoir au peuple ! Ce fameux comité sera composé de soixante membres répartis dans quatre collèges. Des experts, des personnalités qualifiées, des agents de la Région, des représentants du monde économique et des citoyens (désignés par tirage au sort départemental après un appel à candidatures). Et tout ce joli monde va plancher ardemment pour proposer trois noms soumis alors à la consultation citoyenne fixée au mois de mars. La dénomination remportant l’adhésion la plus large sera alors présentée au Conseil régional au mois d’avril. Le nom définitif sera fixé par décret au plus tard le 1er octobre 2016. Une belle démarche de démocratie territoriale qui, on l’espère, en appelle d’autres. Reste pour le moment à plancher sur le futur nom de la région et cela ne va être simple…

62,57% C’est le pourcentage d’artisans, de commerçants et de patrons de TPE satisfaits par les outils de communication numérique (emailings, réseaux sociaux, sites web ou encore blogs professionnels). Dixit la dernière enquête réalisée par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) sur la communication commerciale dans les petites entreprises réalisée avec la Banque Populaire dans le cadre de l’Observatoire de la petite entreprise. «C’est la fin d’un mythe celui de l’incompatibilité entre les nouveaux outils de communication numérique et le monde de l’artisanat et des TPE», assure-t-on au FCGA. De là à affirmer qu’Internet est devenu le média préféré des TPE, il n’y a qu’un pas !

Lotharingie, Grand Est, Austrasie ou encore le plus simplement du monde : Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine (Acal)…même si l’abréviation ne semble pas réellement trouver grâce, notamment, aux yeux de Philippe Richert, le président du Conseil régional. Quel nom donner à notre nouvelle région XXL ? C’est la question cruciale, si l’en est, que se pose l’exécutif régional. À l’occasion de sa dernière séance plénière du 25 janvier, il a lancé «une grande démarche participative pour la dénomination de la Grande Région» avec la composition d’un comité de réflexion et d’accompagnement de la démarche, un partenariat et une sollicitation de la presse régionale, histoire de toucher un large public, le tout ponctué par une consultation citoyenne de manière à ce «que les citoyens puissent exprimer leur avis sur la dénomination qu’ils plébiscitent.» Mais attention, parmi les trois dénominations identifiées préalablement par le comité de réflexion. On ne va tout de même donner tout le pouvoir au peuple ! Ce fameux comité sera composé de soixante membres répartis dans quatre collèges. Des experts, des personnalités qualifiées, des agents de la Région, des représentants du monde économique et des citoyens (désignés par tirage au sort départemental après un appel à candidatures). Et tout ce joli monde va plancher ardemment pour proposer trois noms soumis alors à la consultation citoyenne fixée au mois de mars. La dénomination remportant l’adhésion la plus large sera alors présentée au Conseil régional au mois d’avril. Le nom définitif sera fixé par décret au plus tard le 1er octobre 2016. Une belle démarche de démocratie territoriale qui, on l’espère, en appelle d’autres. Reste pour le moment à plancher sur le futur nom de la région et cela ne va être simple…