Les têtes de l’emploi…

D’un côté des entrepreneurs à la recherche de collaborateurs presque désespérément. De l’autre des demandeurs d’emploi en quête d’un retour d’activité. Au milieu, un fossé toujours béant et qui semble se creuser inexorablement entre l’offre présente sur le marché du travail et les réels besoins des entreprises. L’équation à résoudre est toujours là et les […]

384

D’un côté des entrepreneurs à la recherche de collaborateurs presque désespérément. De l’autre des demandeurs d’emploi en quête d’un retour d’activité. Au milieu, un fossé toujours béant et qui semble se creuser inexorablement entre l’offre présente sur le marché du travail et les réels besoins des entreprises. L’équation à résoudre est toujours là et les inconnues demeurent les mêmes. Force est de constater que les pistes envisagées dans une énième  réforme du Code du travail ne changeront en rien le problème récurrent actuel celui d’un manque de visibilité et d’activité notable pour une grande partie du tissu économique. «Mon problème actuellement est de savoir comment je peux déjà préserver le travail de mes collaborateurs. Quoi que l’on puisse entendre, un dirigeant de PME n’a aucune envie de s’en séparer.» Ce témoignage d’un patron de PME lors du dernier Conseil des Entrepreneurs de la ville de Nancy peut apparaître comme surfait, inapproprié voire hypocrite dans un climat de surchauffe sociale où tout est mis en œuvre pour opposer l’univers des dirigeants et le monde salarial. Raccourcir la durée d’indemnisation des demandeurs d’emploi, réintroduire la dégressivité, taxer les CDD et l’intérim, réduire le montant des indemnités, autant de mesures envisagées par la ministre du Travail dans son projet de loi qui ont pour effet de stigmatiser encore un peu plus les différents protagonistes. Les chômeurs sont quasiment montrés du doigt tout comme les entrepreneurs qui n’embauchent plus, ou au pire licencient, par manque de visibilité. «Ensemble pour l’emploi» était le thème générique ce 29 février à Maxéville d’une rencontre entre l’État et ses services et l’univers patronal meurthe-et-mosellan. Un bel élan pour tenter de trouver des solutions pragmatiques loin des gesticulations législatives.  Question de bon sens…