Edito

Loi Travail : Mars attaque…

La jeunesse dans la rue, le pire cauchemar pour un gouvernement ! Des moments funestes annoncés dès le 9 mars dernier un peu partout dans l’Hexagone lors de l’appel à la manifestation contre la loi travail de la ministre Myriam El Khomri. À Nancy, rassemblement dès 13 heures devant la préfecture de Meurthe-et-Moselle, puis défilés […]

359

La jeunesse dans la rue, le pire cauchemar pour un gouvernement ! Des moments funestes annoncés dès le 9 mars dernier un peu partout dans l’Hexagone lors de l’appel à la manifestation contre la loi travail de la ministre Myriam El Khomri. À Nancy, rassemblement dès 13 heures devant la préfecture de Meurthe-et-Moselle, puis défilés dans les rues de la cité ducale pour battre le pavé au rythme de slogans rageurs. Et ce n’est que le début. Le mois de mars sera celui de la rue. Des mobilisations sont prévues pour les prochains jours concernant les fonctionnaires, les agents du service public ainsi que les salariés du secteur privé. Un grand raout interprofessionnel aura lieu le 31 mars. «Des réponses du XIXe siècle aux problèmes du XXIe (…). Le mouvement social contre le projet de la réforme du code du travail est soutenu par des professionnels de l’immobilisme, viscéralement opposés à toute réforme conséquente. Une coalition hétéroclite rassemblant des associations étudiantes, coupées des réalités du monde du travail ; des politiques en mal de notoriété qui manifestent en réaction à chaque projet de réforme tant soit peu ambitieux !», s’insurge Guillaume Cairou, le président du Club des Entrepreneurs et du groupe Didaxis. Pourtant pas l’ombre d’un anachronisme dans l’esprit des manifestants nancéiens. Le malaise est bien d’actualité, celui du XXIe siècle, porté par une partie de la jeunesse déterminée à se faire entendre. La colère est présente, palpable et difficile à calmer. Des solutions radicales doivent être trouvées par une écoute et un dialogue constructifs, histoire d’éviter un chaos généralisé. Quand la jeunesse est lancée, difficile de l’arrêter !

emmanuel.varrier