Environnement

La coiffure s’engage durablement

La fédération régionale de la coiffure de Lorraine est pionnière en matière d’actions ciblées sur le développement durable. Elle a convié, début juin, élus et professionnels à une soirée explorant les pistes de l’éco-citoyenneté. Le château de Mme de Graffigny à Villers-lès-Nancy a servi de décorum à la soirée «Le développement durable dans la coiffure». […]

309
Acteurs de la coiffure et élus réfléchissent sur le développement durable.
Acteurs de la coiffure et élus réfléchissent sur le développement durable.

La fédération régionale de la coiffure de Lorraine est pionnière en matière d’actions ciblées sur le développement durable. Elle a convié, début juin, élus et professionnels à une soirée explorant les pistes de l’éco-citoyenneté.

Le château de Mme de Graffigny à Villers-lès-Nancy a servi de décorum à la soirée «Le développement durable dans la coiffure». Une initiative menée par la fédération régionale de la coiffure de Lorraine (UNEC), la Région et la Confédération nationale de l’artisanat des métiers de service et de fabrication. Objectif : sensibiliser les coiffeurs au label développement durable et montrer aux décideurs l’engagement à la fois écologique, économique et citoyen de la branche de la coiffure. Jacques Minjollet, directeur national des Institutions de la coiffure, et Claude Mouginot, président de l’UNEC Lorraine ont ouvert ce temps de rencontres.

Favoriser une meilleure santé

À leurs côtés, la députée Chaynesse Khirouni, le sénateur Jean-François Husson, le maire villarois François Werner et son homologue laxovien Laurent Garcia, Pierre Baumann représentant le président du conseil départemental, le directeur du Cfa Cepal Alain Rimet, et des acteurs liés à la santé et à l’hygiène. Cette soirée a débuté par la présentation de l’engagement environnemental de l’UNEC, puis d’un débat constructif entre les participants. Les coiffeurs régionaux font l’objet d’un diagnostic tant dans leurs pratiques que dans leurs matériels, visant à favoriser une meilleure santé de leurs clients et à réduire le coût de la consommation d’énergie. La sensibilisation se fait aussi dans les centres de formation. Les plus vertueux se voient décerner le label «Mon coiffeur s’engage». Bien plus qu’un macaron apposé sur une vitrine : une vraie plus-value pour les artisans.

laurent.siatka