Est’elles Executive

Femmes : attention aux forces obscures…

La féministe Sabine Salmon, présidente nationale de l’association Femmes Solidaires, était l’invitée d’honneur de la 6e édition : «Le manager de demain est une femme : êtes-vous prêt(e)s ?» organisée par le réseau de femmes du Grand Est Est’elles Executive fin juin à Nancy. L’occasion de prendre conscience que le combat des femmes est loin d’être terminé.

379
«Il faut être vigilant aux forces obscures aujourd’hui qui tirent les femmes vers le bas», assure Sabine Salmon, présidente de l’association Femmes Solidaires.
«Il faut être vigilant aux forces obscures aujourd’hui qui tirent les femmes vers le bas», assure Sabine Salmon, présidente de l’association Femmes Solidaires.
«Il faut être vigilant aux forces obscures aujourd’hui qui tirent les femmes vers le bas», assure Sabine Salmon, présidente de l’association Femmes Solidaires.
«Il faut être vigilant aux forces obscures aujourd’hui qui tirent les femmes vers le bas», assure Sabine Salmon, présidente de l’association Femmes Solidaires.

«Nous sommes à un tournant pour le droit des femmes ! Il faut être vigilant à ce que j’appelle les forces obscures aujourd’hui qui tirent les femmes vers le bas.» Sabine Salmon, présidente nationale de l’association Femmes Solidaires, invitée d’honneur du réseau professionnel féminin du Grand Est, Est’elles Executive, fait entendre sa voix dans l’amphithéâtre du groupe Colas à Nancy à l’occasion de la 6e édition : «Le manager de demain est une femme : êtes-vous prêt(e)s ?», le 21 juin dernier. Dans l’auditoire, des femmes managers, chefs d’entreprise, collaboratrices de grands groupes, de PME, de TPE venues en nombre pour «bénéficier du leadership que notre réseau peut procurer», comme l’explique Krista Finstad-Million, présidente d’Est’elles Executive, «mais surtout se retrouver entre elles pour enfin pouvoir prendre la parole», renchérit la pilote de ce réseau de femmes, jugé non féministe. L’un n’empêche pas l’autre !

Mentalités à faire (toujours) évoluer

«Le féminisme, c’est faire plus pour la société mais pas forcément que les femmes prennent la place des hommes», assure Sabine Salmon. Une place des femmes aujourd’hui fragilisée avec «une crainte certaine d’un retour en arrière aujourd’hui palpable» assure celle qui a été nommée en février dernier membre du Haut Conseil à l’Égalité. Les combats menés en leurs temps à l’image du droit de vote, de la contraception, de l’avortement ou encore de l’aspiration à une réelle égalité entre les hommes et les femmes, notamment, au sein de l’entreprise, semblent pour bon nombre appartenir au passé. «Le présent nous rappelle que tout cela n’est pas forcément réellement acquis. Les avancées législatives sont là mais ce sont surtout les mentalités qu’il faut continuer à faire évoluer.» Et particulièrement celles des femmes, «qui n’ont pas encore forcément confiance en elles pour réellement s’imposer.» Un seul mot d’ordre pour Sabine Salmon : «osez et surtout n’ayez pas peur !» Le combat continue…