Cnam Lorraine

La digitalisation : une nécessité à maîtriser

Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) Lorraine, est l’un des pilotes du Livre blanc national sur la «Digitalisation de la fonction commerciale». Ciblé sur cette profession, du fait de son élaboration avec le réseau des DCF (Dirigeants commerciaux de France), l’ouvrage met surtout en avant que toutes les fonctions support de l’entreprise sont concernées. L’ère n’est plus à l’appropriation des outils numériques mais à la mise en place d’une véritable stratégie pour une utilisation efficiente de la digitalisation.

406
«La question aujourd’hui est de savoir comment font les entreprises pour établir une réelle stratégie en matière de digitalisation de leur activité ?», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine
«La question aujourd’hui est de savoir comment font les entreprises pour établir une réelle stratégie en matière de digitalisation de leur activité ?», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine
«La question aujourd’hui est de savoir comment font les entreprises pour établir une réelle stratégie en matière de digitalisation de leur activité ?», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine
«La question aujourd’hui est de savoir comment font les entreprises pour établir une réelle stratégie en matière de digitalisation de leur activité ?», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine

«Le numérique n’est qu’un outil ! C’est au dirigeant d’entreprise, au manager aujourd’hui de mettre en place la bonne stratégie pour en tirer le meilleur profit.» Constat établi par Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) Lorraine et pilote du Livre blanc national sur la «Digitalisation de la fonction commerciale », un pavé de 220 pages dans la mare des a priori collant à la peau de la numérisation de l’économie, réalisé en collaboration avec le réseau national des DCF (Dirigeants commerciaux de France) et lancé officiellement à l’occasion du dernier congrès national de ce réseau fin mai à Deauville. Centré sur la fonction commerciale, l’ouvrage aborde cette révolution silencieuse qui franchit un nouveau cap. «Aujourd’hui tout le monde sait, plus ou moins, se servir des outils numériques et globalement les entreprises sont conscientes que la digitalisation de leur activité est nécessaire. La question actuellement est de savoir comment font-elles pour établir une réelle stratégie en la matière ?»

Travail collaboratif

Une stratégie basée sur une refonte totale de l’approche «de la relation client qui entraîne de repenser complétement les organisations et les compétences au sein de l’entreprise» donc par extension la formation en amont et en aval. «Au Cnam, nous avons intégré ces outils du numérique et l’approche digitale dans nos formations pour les adapter aux réels besoins des entreprises.» L’adaptation n’est plus d’ordre technologique mais quasi psychologique. «L’utilisation des outils numériques apporte, normalement si la stratégie adoptée est la bonne, une optimisation de l’activité mais surtout elle entraîne un travail collaboratif avec une mise en commun des informations entraînant la notion de gestion des flux d’informations. », explique Guy Keckhut. «Tout est aujourd’hui question de partage. Les notions de travail collaboratif, de partage, d’échange sont liées à la digitalisation. C’est une véritable révolution dans la manière d’aborder le fonctionnement de l’entreprise. C’est sans doute là que les freins sont les plus nombreux.» La digitalisation n’est pas (plus) une mode, c’est un fait avéré de l’évolution sociétale. L’entreprise n’échappe pas à la règle. Reste juste à la maîtriser et la canaliser pour en faire sa meilleure alliée.