Edito Addiction bien réelle

Des messages d’alerte de la Police, de la Gendarmerie ainsi que des Pompiers ! Nouvelle prise de position face à une énième série d’attentats ? Non, rien à voir ! Ces mises en garde concernent «l’invasion» que subit l’Hexagone depuis le 24 juillet, date du lancement français de l’application Pokémon Go. Ce jeu reposant sur […]

Des messages d’alerte de la Police, de la Gendarmerie ainsi que des Pompiers ! Nouvelle prise de position face à une énième série d’attentats ? Non, rien à voir ! Ces mises en garde concernent «l’invasion» que subit l’Hexagone depuis le 24 juillet, date du lancement français de l’application Pokémon Go. Ce jeu reposant sur la réalité augmentée est un phénomène mondial aux dérives certaines, quoiqu’en disent les grands gourous de la culture Web. Armés de leur smartphone, des individus bien réels faits de chair et de sang partent à la chasse de ces gentilles bestioles, qui ont connu leurs heures de gloire dans les années 2000, gagnant les cœurs par leur mine attendrissante. Les Pikachu, Évoli et autre Aquali apparaissent grâce à la magie digitale sur l’écran tactile, s’incrustant dans un lieu vraiment existant, dont l’image est retransmise comme décor. Où est le réel, où est le virtuel ? Ils ne font plus qu’un ! Un peu flippant cette nouvelle formule de la chasse au trésor ! Rien de bien méchant, mais la frénésie des addicts (qui têtes baissées sont complètement absorbés par leur quête) enregistre déjà son lot d’anecdotes plus ou moins drôles. À Besançon, un automobiliste de 22 ans percute un muret car il était trop occupé à chercher ces petites bêtes dans son environnement. Aux États-Unis, deux jeunes d’une vingtaine d’années ont littéralement chuté d’une falaise de trente mètres. Ils s’en sont sortis avec des blessures modérées, coup de chance ! Des cas jugés isolés mais révélateurs du comportement de certains de nos contemporains. En cette période de congés estivaux où la déconnexion totale est plus que nécessaire, la chasse aux papillons (en les relâchant naturellement, on n’est pas des sauvages) s’avère plus recommandée. Au regard de tout cela, il se révèle que vraiment la chasse aux Pokémons pour certains de nos congénères, c’est comme la farine de mouton, ça rend c.. .

emmanuel.varrier