Haroué de vive voix

Depuis seize ans, le château d’Haroué propose des opéras en plein air. Les 2 et 3 septembre, l’édition 2016 présente La Bohême de Puccini, mise en scène par Jacques Attali. Rigoletto, Don Giovanni, Les Noces de Figaro, La Traviata, La Flûte enchantée, Le Barbier de Séville, les Contes d’Hoffmann, Madame Butterfly, Aïda, Carmen. Depuis 2001, […]

Depuis seize ans, le château d’Haroué propose des opéras en plein air. Les 2 et 3 septembre, l’édition 2016 présente La Bohême de Puccini, mise en scène par Jacques Attali. Rigoletto, Don Giovanni, Les Noces de Figaro, La Traviata, La Flûte enchantée, Le Barbier de Séville, les Contes d’Hoffmann, Madame Butterfly, Aïda, Carmen. Depuis 2001, le public est invité, le temps d’un week-end, à deux nuits passées sous les étoiles de la voûte céleste, bercé par l’initiative nationale de l’association Opéra en plein air. L’opportunité pour les visiteurs d’apprécier autrement cette remarquable demeure lorraine, datant du XVIIIe siècle. Avec comme guides prestigieux, en quelque sorte, Mozart, Verdi, Rossini, Offenbach, Bizet.
Un vecteur touristique
L’opus 2016 promet avec la représentation du mélodrame de Puccini, La Bohême. Mise en scène signée Jacques Attali. Ils devraient être quelque 5 000 privilégiés à pénétrer au sein de cet écrin architectural pour s’émouvoir. Une enquête de fréquentation auprès du public sur une dernière édition révélait un auditoire d’habitués, d’abord féminin, et âgé de plus de 50 ans, retraité et cadre. 10 % des spectateurs profitaient de l’événement d’Haroué pour découvrir un autre site touristique lorrain, Nancy, la colline de Sion et le château de Lunéville en tête.
laurent.siatka