Achtung, achtung…

La crise financière, le retour ? La question agite pas mal les marchés financiers depuis quelques temps, vu le mauvais remake qui se tourne depuis la fin septembre avec des répercussions qui seront plus que dommageables si le scénario annoncé se confirme. Dans le rôle principal : la Deutsche Bank, en copie quasi conforme de sa consoeur Lehman Brothers qui […]

343

La crise financière, le retour ? La question agite pas mal les marchés financiers depuis quelques temps, vu le mauvais remake qui se tourne depuis la fin septembre avec des répercussions qui seront plus que dommageables si le scénario annoncé se confirme. Dans le rôle principal : la Deutsche Bank, en copie quasi conforme de sa consoeur Lehman Brothers qui en 2008 était en pleine débâcle et entraîna le tsunami financier des subprimes et leurs conséquences apocalyptiques sur l’ensemble de l’économie mondiale. Une superproduction catastrophe qui s’est soldée par la plus grave crise économique et financière depuis les années 30. La banque allemande, après avoir jouer les eldorados sans y être vraiment préparée dans les années 2000, fait aujourd’hui l’objet de pas moins de 8 000 litiges judiciaires, rien que çà. Cerise sur ce gâteau, version forêt noire, plutôt indigeste : une amende de 12 milliards d’euros (mais non ce n’est pas une faute de frappe…) de la part des États-Unis dans l’affaire des subprimes. Vous l’aurez compris, la machine de guerre bancaire germanique a besoin de cash, et vite, autrement c’est directement la banqueroute. Seul point rassurant, les activités de la Deutsche Bank sont plus diversifiées que ne l’étaient à l’époque celles de Lehman Brothers, mais de là à être suffisant pour enrayer l’engrenage défaillant ! Scénario noir : si la Deutsche Bank sombre (nous n’en sommes pas encore là du moins à l’heure où ces lignes sont écrites), c’est tout simplement le système financier mondial qui va imploser. C’est bien connu comme toutes les banques se prêtent de l’argent entre elles, l’effet boule de neige peut être rapide sauf si le gouvernement allemand décide de mettre à la main à la poche. Reste à savoir s’il en a réellement les moyens, mais d’un autre côté a-t-il vraiment le choix ? Quoi qu’il en soit, l’Allemagne, ce n’est plus ce que c’était…

emmanuel.varrier