Boom de l’économie

collaborative en Europe, d’ici 2025 Selon une récente étude de PwC, les recettes tirées de l’économie collaborative devraient exploser en Europe dans les dix ans à venir. D’ici 2025, le volume total des transactions atteindrait 570 milliards d’euros, contre «seulement» 28 milliards d’euros actuellement. La France fait figure de leader grâce à son environnement réglementaire […]

361

collaborative en Europe, d’ici 2025 Selon une récente étude de PwC, les recettes tirées de l’économie collaborative devraient exploser en Europe dans les dix ans à venir. D’ici 2025, le volume total des transactions atteindrait 570 milliards d’euros, contre «seulement» 28 milliards d’euros actuellement. La France fait figure de leader grâce à son environnement réglementaire favorable au développement des services collaboratifs.
Secteur encore embryonnaire il y a quelques années, l’économie collaborative a vu émerger un écosystème riche et diversifié en Europe, confirme l’enquête du cabinet de conseil et d’audit PwC, réalisée à partir de l’étude commanditée par la Commission européenne. PwC table (après avoir relevé que près de 300 entreprises avaient été créées dans les neuf États membres de l’Union européenne étudiés) sur une forte accélération des transactions dans le secteur. Selon ses projections, les premiers gagnants de cette explosion seront les particuliers, prestataires de services : ils « devraient enregistrer 487 milliards d’euros, soit 85 % du total des transactions (570 milliards d’euros) liées à l’économie collaborative d’ici 2025», contre 28,5 milliards aujourd’hui. Le chiffre d’affaires des cinq principaux secteurs de l’économie collaborative (finance, hébergement, transport, services à la personne et services aux entreprises) devrait croître de 35 %, par an, contre 3 % pour l’ensemble de l’économie. Sur la période projetée, c’est-à-dire, au cours des dix prochaines années, le chiffre d’affaires des plateformes collaboratives devrait atteindre 83 milliards d’euros, contre 4 milliards aujourd’hui, selon le cabinet d’audit. Quatre des cinq secteurs pourraient réaliser des transactions à hauteur de 100 milliards d’euros par an, en Europe, à l’exception des services aux entreprises (20 milliards d’euros). Dans le détail, sur les cinq secteurs clés, les transports collaboratifs (Uber, Blablacar…) représentent près de la moitié des revenus générés par l’économie du partage, en 2015, soit 1,7 milliard d’euros. L’hébergement, dont Airbnb, quant à lui, a enregistré plus de la moitié des transactions des cinq secteurs étudiés. Mais selon les projections du cabinet d’audit, ce sont les plateformes de services à la personne, comme celles spécialisées dans la livraison de plats de chefs à domicile ou de location de matériel et de services entre particuliers (Deliveroo, AlloVoisins,…) qui pourraient réaliser la croissance la plus rapide, avec un chiffre d’affaires en hausse d’environ 50 % par an, jusqu’en 2025.
La France, moteur européen
La France, au même titre que le Royaume-Uni, tire l’économie du partage vers le haut avec plus de 50 start-up fondées dans chacun des deux pays (contre seulement 25 en Allemagne ou en Espagne). Cet engouement en matière d’innovation et développement de nouveaux business models sur le territoire français s’explique, pour PwC, par des réglementations et des politiques favorables au développement de l’économie collaborative. Notamment, la création du statut d’auto-entrepreneur, ou la vérification du cadre légal de l’activité et du respect de la concurrence. Jean-François Marti, responsable du PwC Expérience Center, souligne que «l’économie de partage se développe à vitesse grand V. Nous sommes passés d’un simple titre accrocheur à un choix de consommation privilégié des nouvelles générations Y et Z. Au cours des dix prochaines années, l’économie collaborative pourrait devenir LE modèle de performance dans une Europe qui cherche la croissance».
camille.schaub et b.l