Jean-François Morawski jette son froid sur Nancy

La cryothérapie au secours des dirigeants, managers et autres responsables RH ! Dans une ère de burn-out, de stress, d’anxiété, de mal-être au travail, cette technologie, vantant les effets bénéfiques du froid extrême sur nos corps malmenés à coup de libération d’endorphines à hautes doses, peut être une alternative intéressante. C’est du moins la conviction […]

467

La cryothérapie au secours des dirigeants, managers et autres responsables RH ! Dans une ère de burn-out, de stress, d’anxiété, de mal-être au travail, cette technologie, vantant les effets bénéfiques du froid extrême sur nos corps malmenés à coup de libération d’endorphines à hautes doses, peut être une alternative intéressante. C’est du moins la conviction de Jean-François Morawski, le créateur de Cryostan, un centre de cryothérapie fraîchement installé au 26 boulevard du 26e RI à Nancy au coeur du Garage, un espace de coworking version athlético- sportif et de récupération.
Cela fait froid dans le dos et pas seulement ! Dans une cabine en forme de tube en alu chromé, tout droit sorti du dernier Star Trek, mais entièrement ouvert en son sommet afin d’éviter que les claustrophobes trépassent, la température est lâchée à grands coups d’azote liquide, entre – 130 et – 145 °C, pendant trois minutes ! Libération d’endorphines assurée, bienvenue dans l’univers de la cryothérapie ! «C’est une technique qui vient en complément des soins médicaux ou de kinésithérapie. Elle est utilisée pour soulager la douleur de par ses effets antalgiques et anti-inflammatoires. Le principe est de produire un choc thermique au niveau des tissus en un temps hyper rapide. Face à cette agression tissulaire, le corps réagit par une libération massive d’endorphines. Il réagit tellement vite qu’il déclenche des réactions antalgiques et réparatrices dans tout l’organisme», explique Jean-François Morawski, le dirigeant de Cryostan qui vient tout juste de s’installer au 26 boulevard du 26e RI à Nancy au sein de la structure «Le Garage», un véritable complexe athlético-sportif et de récupération (voir encadré) piloté par Pierre Vespignani, le kinésithérapeute des footballeurs de l’ASNL entre autres. «C’est un moyen palliatif pour soigner les douleurs et il n’est pas uniquement réservé aux sportifs de haut de niveau en quête de récupération», assure celui qui a testé cette alternative pour atténuer une pathologie douloureuse. «J’ai personnellement remarqué que cela fonctionnait. Je souhaite aujourd’hui démocratiser cette technique», assure l’entrepreneur spécialisé notamment dans le financement d’appareils médicaux. Après avoir prospecté et étudié dans différents pays les technologies mises en oeuvre et l’appareillage proposé, c’est en Pologne que Jean-François Morawski trouve l’équipement adapté via le constructeur Juka. «La Pologne est hyper en avance dans ce domaine et tout le matériel provient de ce pays.»
Cibler les entreprises
L’équipement nancéien est double ! Une cryochambre permet d’accueillir plusieurs personnes et un cryosauna individuel s’adressant aux personnes qui souffrent de douleurs au-delà de la sphère sportive. «Grâce à la libération d’endorphines, la cryothérapie a des effets bénéfiques sur la fatigue, l’anxiété, le burn-out ou encore le stress. Elle améliore les troubles du sommeil en favorisant l’endormissement et elle permet d’améliorer la tonicité et le raffermissement de la peau. Cela agit à la fois sur le psychisme et le physique.» L’univers de l’entreprise est l’une des cibles que le propriétaire des lieux entend bien toucher. «Le passage par une séance de cryothérapie ne peut être que bénéfique pour le dirigeant mais également pour ses collaborateurs en termes de bien-être. Un collaborateur bien dans sa peau est un collaborateur performant.» L’argument apparaît vendeur et persuasif dans le climat actuel, particulièrement pour les managers en quête d’amélioration de la qualité de vie et du bien-être au travail, source jugée indéniable d’augmentation de la productivité de leurs équipes. Reste que la pratique de la cryothérapie doit être encadrée.«Nous faisons remplir à chaque personne une fiche d’information médicale et de consentement éclairé. Notre personnel est formé et habilité à assurer ces séances.» Un avis médical à faire remplir par le médecin traitant est également obligatoire, un peu logique car une douzaine de pathologies sont totalement interdites à la cryothérapie. Et naturellement, les séances ne sont pas remboursées par la sécurité sociale…

emmanuel.varrier