«Le CNPE entend être la vraie voix des TPE»

Dans la nébuleuse des réseaux d’affaires, clubs business to business et autres associations entrepreneuriales, le récent CNPE (Conseil national des petites entreprises), créé par l’aujourd’hui Nancéien Raymond Zekpa, directeur de la société Sikaria Consulting Formations, entend s’afficher comme une «véritable tête de réseau» située littéralement au-dessus de la mêlée en se positionnant comme un interlocuteur jugé […]

479
«Nous souhaitons être une véritable tête de réseau», assure Raymond Zekpa, le président du CNPE.
«Nous souhaitons être une véritable tête de réseau», assure Raymond Zekpa, le président du CNPE.

Dans la nébuleuse des réseaux d’affaires, clubs business to business et autres associations entrepreneuriales, le récent CNPE (Conseil national des petites entreprises), créé par l’aujourd’hui Nancéien Raymond Zekpa, directeur de la société Sikaria Consulting Formations, entend s’afficher comme une «véritable tête de réseau» située littéralement au-dessus de la mêlée en se positionnant comme un interlocuteur jugé unique dans sa façon d’aborder les problématiques des TPE. Vaste programme…
Les Tablettes Lorraines : Pourquoi avoir décidé de créer le CNPE ?
Raymond Zekpa : Tout est parti d’un constat ! Bon nombre de TPE ne se retrouvent plus dans les fédérations et autres réseaux d’affaires existants. Elles ne se sentent pas à leur place et surtout cela ne répond pas à leur façon d’aborder le monde des affaires.
Qu’est-ce qui vous différencie des autres structures existantes et qui sont déjà nombreuses ?
Nous souhaitons être un vrai interlocuteur, une véritable tête de réseau au sens premier du terme. Notre objectif est de défendre les intérêts des TPE en créant un cadre unique de concertation et de représentativité pour les entreprises de zéro à cinquante salariés qui n’ont pas aujourd’hui une visibilité claire.
Et tout cela au niveau national ?
Voire plus loin ! Cela peut paraître ambitieux mais c’est notre objectif et nous avons déjà une antenne au Bénin. Aujourd’hui, tout commence à Nancy et la région Grand Est. Nous allons d’ailleurs organiser l’an prochain la 3e édition du Printemps des Entreprises à Nancy et nous souhaitons en faire le premier forum économique du Grand Est.
Ce type de manifestation et de forum existe déjà dans la région ?
Pas exclusivement centré sur les TPE. Les TPE sont encore trop souvent les grandes oubliées des prises de décisions et il me semble aujourd’hui essentiel de faire connaître leur importance dans la création de la richesse nationale. Des fédérations patronales, comme la CGPME et des réseaux d’affaires tels que le Club TPE ou encore les différents clubs BNI qui ont fleuri un partout, notamment en Lorraine, sont également, et pour certains depuis de nombreuses années, sur cette même ligne d’approche.

Ne pensez-vous pas être considéré comme une énième structure ?

Comme je le disais en préambule, le CNPE est une réponse à toutes celles et ceux qui ne se retrouvent pas (ou plus) dans les types de structures que vous venez de citer. Notre démarche est avant tout basée sur une approche d’éthique, d’entraide, de mise en synergie.
Les autres structures tiennent, à peu de choses près, le même discours ?
Sans doute mais le CNPE ne veut pas être qu’un réseau de business to business où l’on retrouve toujours les mêmes personnes plus intéressées par leurs petites affaires que par l’intérêt collectif des TPE. Nous souhaitons être la véritable voie (et voix) pour les TPE et apporter des réponses concrètes. Par exemple, nous travaillons sur la mise en place d’un genre de fonds de garantie pour nos membres afin de leur permettre de faire face quand ils rencontrent des difficultés.
En parlant de membres, combien d’adhérents avez-vous ?
Je ne souhaite pas divulguer leur nombre car beaucoup de personnes pourraient être intéressées à venir nous rejoindre par simple intérêt personnel pour grossir leur réseau d’affaires et sans cette vision collective que le CNPE entend défendre.
Vous venez de tenir, le 6 octobre à Nancy, la première réunion de votre Conseil stratégique. Quel était son objectif ?
C’était tout d’abord de regrouper des personnes-ressources dans différentes strates de l’univers entrepreneurial pour élaborer et construire de véritables plans d’actions afin de répondre aux problématiques quotidiennes des dirigeants de TPE.
Comment comptez-vous divulguer ces précieux conseils ?
À côté des réunions d’échanges et d’affaires, notamment, via le futur BCN (Business Class Network, un système de recommandation et de réseautage professionnel) que nous sommes en train de monter sur Nancy, une plateforme d’échanges est disponible sur notre portail web : (www.cnpe-france.fr) où plusieurs experts apportent leur vision et approche des problématiques.
En fait, le CNPE se veut une nouvelle communauté pour les «déçus » des réseaux actuels ?
L’entre-soi est souvent la caractéristique qui ressort des structures existantes. Il est nécessaire, et urgent, d’offrir une nouvelle alternative.
emmanuel.varrier