Le marcheur métropolitain

Un élargissement de périmètre annoncé pour 2020. Un projet sous forme de «véritable marche sociétale et non simplement de projet de territoires» ficelé pour le milieu de l’année prochaine avec comme axe fort le technopôle Henri Poincaré, la Métropole du Grand Nancy avance ses pions sur le nouvel échiquier territorial. André Rossinot, son président, a fait un […]

321
«La Métropole du Grand Nancy n’est pas qu’un simple projet, c’est une véritable marche métropolitaine», assure André Rossinot.
«La Métropole du Grand Nancy n’est pas qu’un simple projet, c’est une véritable marche métropolitaine», assure André Rossinot.

Un élargissement de périmètre annoncé pour 2020. Un projet sous forme de «véritable marche sociétale et non simplement de projet de territoires» ficelé pour le milieu de l’année prochaine avec comme axe fort le technopôle Henri Poincaré, la Métropole du Grand Nancy avance ses pions sur le nouvel échiquier territorial. André Rossinot, son président, a fait un point d’étape à l’occasion de la traditionnelle rencontre de rentrée avec la presse locale, le 10 octobre dernier.
Certains sont en marche. André Rossinot, quant à lui, cela fait longtemps qu’il est en ordre de marche avec comme principal bâton de pèlerin la (sa) Métropole du Grand Nancy. Une réalité textuelle et confirmée par la loi inscrite dans le marbre de la réforme territoriale. Un projet (en préparation à grands coups de séminaires dont le dernier en date du 7 octobre tournait autour du thème : «Trois fonctions pour faire monter en puissance la métropole») devrait être entièrement bouclé pour la mi-2017. «C’est plus qu’un projet, c’est une véritable marche métropolitaine engagée où l’on ne travaille plus sur des notions de périmètres mais sur des actions pour préparer l’avenir», précise le président de la Métropole du Grand Nancy. Le tout avec un élargissement souhaité (nécessaire, voire même logique) avec l’annonce de la date de 2020, «une date intelligente», mais un agrandissement avec la volonté affichée «d’unir sans absorber.» André Rossinot souhaite «une alliance avec les territoires et non une opposition pour créer réellement cette République des territoires.»
Position stratégique
Référence faite, notamment, au projet de Pôle métropolitain du sud Meurthe-et-mosellan indispensable pour que les autres intercommunalités voisines de la machine Métropole du Grand Nancy continuent à exister et à profiter de sa dynamique. Cette machine de guerre territoriale est engagée dans une bataille de position stratégique dans le Grand Est (renforcée grâce à son appartenance au Sillon Lorrain) et à l’échelle nationale, européenne voire internationale. Elle peut se prévaloir de nombreuses forces de frappe comme son rôle stratégique en matière «d’Innovation par l’ingénierie systémique» reconnu par l’État dans son Pacte État-métropoles mais surtout du vaste programme du futur technopôle Henri Poincaré (nouvelle dénomination du technopôle de Brabois offrant un périmètre beaucoup plus vaste allant aux limites du campus nancéien Artem dans le quartier Blandan). «C’est l’un des points forts de notre projet et il illustre parfaitement cette notion de projet de société et non simplement de territoire.» La révolution métropolitaine grand-nancéienne est en marche…
emmanuel.varrier