Plan de vol pour Lorraine Airport

À l’occasion des 25 ans de l’aéroport régional Lorraine Airport, Philippe Richert, le président de la région Grand Est, nouveau pilote de l’infrastructure aéroportuaire, a assuré de l’avenir du tarmac lorrain. Plus de 6,5 millions passagers (dont 4 millions de passagers réguliers et 2 millions de passagers à la période des vacances), un tour-opérateur de […]

344
«Lorraine Airport a vocation à exister», assure Philippe Richert, le président du Conseil région Grand Est pilote de l’infrastructure aéroportuaire lorraine.
«Lorraine Airport a vocation à exister», assure Philippe Richert, le président du Conseil région Grand Est pilote de l’infrastructure aéroportuaire lorraine.

À l’occasion des 25 ans de l’aéroport régional Lorraine Airport, Philippe Richert, le président de la région Grand Est, nouveau pilote de l’infrastructure aéroportuaire, a assuré de l’avenir du tarmac lorrain. Plus de 6,5 millions passagers (dont 4 millions de passagers réguliers et 2 millions de passagers à la période des vacances), un tour-opérateur de référence fidèle depuis plus de vingt ans, trois compagnies aériennes installées depuis plus de dix ans et près de soixante-dix destinations différentes proposées… en vingt-cinq ans ! À regarder ces chiffres fournis pour le quart de siècle de Lorraine Airport, le résultat peut être jugé satisfaisant pour le tarmac lorrain. Reste qu’aujourd’hui l’avenir doit être envisagé de manière plus performante (il l’est d’ailleurs avec, notamment, la réfection récente de la piste) dans un contexte de concurrence féroce au pays des quatre frontières et au climat économique tendu.

«Vocation à exister»

«En 2016, le trafic devrait être en repli du fait d’un climat social agité dans certains pays desservis par des compagnies aériennes partant de la région Lorraine», assure Philippe Richert, le président de la région Grand Est (nouveau gestionnaire de l’aéroport régional) à l’occasion de cet anniversaire fêté le 10 octobre. Des investissements de la Région à hauteur de 1,7 million (particulièrement pour l’achat d’un simulateur de vol pour former les pilotes des compagnies) même si la part de la Région va progressivement devenir dégressive. «Lorraine Airport a sa place et il a vocation à exister. Nous n’avons pas l’intention de fermer progressivement cet aéroport, si j’ai pris la présidence de cet équipement, c’est pour agir.» Reste à réduire le déficit (priorité de la Région) et mettre en oeuvre des plans de vol adaptés. Pas facile !

emmanuel.varrier