Bonne empathie à tous…

C’est fou, c’est à chaque fois que les températures descendent en dessous de zéro que l’on se rappelle qu’il y a des SDF en France et qu’au XXIe siècle des gens dorment encore dans la rue où souvent ils y meurent chaque année. Les Restos du Coeur font le plein, la fondation Abbé Pierre remobilise […]

356

C’est fou, c’est à chaque fois que les températures descendent en dessous de zéro que l’on se rappelle qu’il y a des SDF en France et qu’au XXIe siècle des gens dorment encore dans la rue où souvent ils y meurent chaque année. Les Restos du Coeur font le plein, la fondation Abbé Pierre remobilise et les Banques alimentaires collectent à foison. À l’approche des fêtes de fin d’année, les grands élans de générosité ressurgissent histoire de se donner bonne conscience et de tendre la main au moins une fois l’an. L’empathie, une valeur sûre en ce mois de décembre, va être à son comble dans quelques temps. Déjà vendredi dernier, le bal a été ouvert à l’occasion de la 30e édition du Téléthon, noble cause s’il en est et comment ne pas être touché en son for intérieur face à ces gamins touchés par une maladie orpheline et nous donnant à leur façon de bien belles leçons de vie et de courage. «Empathie, quand tu nous tiens !» C’est bien mais comme l’indique le slogan, en abuser ça craint ne serait-ce que pour le respect des personnes touchées, car faire le bien tout en se faisant du bien, est-ce encore faire du bien ? Les temps aujourd’hui sont propices à la médiation alors pourquoi s’en priver. «Faire le bien, c’est se conformer à la loi morale et non obéir à une compassion sans lendemain ou bien faire la charité pour se valoriser soi-même», analysait à son époque le philosophe allemand Emmanuel Kant. Pas faux car dans certains cas, l’altruisme devient une forme supérieure d’égoïsme. Mais dans une société en fracture comme semble bien être la nôtre aujourd’hui et en perte de repères dans bon nombre de domaines, un retour à un peu de sincérité, de transparence et de considération de l’autre serait déjà une véritable avancée. Est-ce trop en demander à nos contemporains ? On peut tout au moins l’espérer, profitez-en c’est bientôt Noël. Faites ce voeu… après avoir fait un don !
emmanuel.varrier