Chaussette connectée pour nouveau-né

La jeune start-up R-Laab SAS s’inscrit dans la mouvance des objets connectés en développant un produit nommé F-Oxy qui permet aux jeunes parents de s’assurer du bien-être de leur nouveau né. L’entreprise est soutenue par le Réseau Entreprendre et cherche à lever des fonds auprès de Business Angels. La mort subite du nourrisson touche 3 […]

Rachid-Antoine Rabal, cofondateur de R-Laab SAS.
Rachid-Antoine Rabal, cofondateur de R-Laab SAS.

La jeune start-up R-Laab SAS s’inscrit dans la mouvance des objets connectés en développant un produit nommé F-Oxy qui permet aux jeunes parents de s’assurer du bien-être de leur nouveau né. L’entreprise est soutenue par le Réseau Entreprendre et cherche à lever des fonds auprès de Business Angels.
La mort subite du nourrisson touche 3 500 bébés chaque année rien qu’aux États-Unis. Source d’inquiétude pour tous les parents, Rachid-Antoine Rabla et son frère Michaël ont décidé de créer un accessoire de puériculture connecté tout en privilégiant une production 100 % française. Les deux frères aux formations universitaires complémentaires, l’un étant doctorant en électronique embarquée et le second ingénieur en biomédical mettent au point le produit F-Oxy. «Il s’agit d’un objet connecté composé d’une petite chaussette pour le bébé reliée par bluetooth à une boxe dans la chambre, elle-même connectée au smartphone des parents via une application dédiée» explique Rachid-Antoine Rabla, cofondateur de R-Laab.
Facteurs à risques mesurés
La chaussette mesure le pouls du nourrisson ainsi que la saturation en oxygène, enfin il a une fonction gyroscope qui vérifie en temps réel si le bébé s’endort sur le dos. Quant à la boxe, elle est paramétrée pour mesurer la qualité de l’air, la température et l’humidité de la chambre. «Nous mesurons tous les facteurs de risque de mort du nourrisson. En cas d’anomalie, les parents sont prévenus sur leur téléphone.» Le projet a séduit le Réseau Entreprendre qui leur a alloué un prêt d’honneur de 30 000 euros. Les entrepreneurs cherchent à lever 300 000 euros de fonds supplémentaires auprès de Business Angels lorrains et parisiens d’ici le 1er trimestre 2017 avec un lancement commercial de F-Oxy courant de
l’année. alban.le.meur