De la proximité à Saint-Avold

Marc Pister a travaillé pendant près de 30 ans chez un concessionnaire où il a évolué jusqu’au poste de directeur du service aprèsvente. C’est en 2015 qu’il choisit de se lancer aux côtés de son associé Émile Cadetto en ouvrant le garage Capi auto sur Saint-Avold. Le garage propose plusieurs types de prestations, «d’un côté il y a le magasin où l’on vend […]

367
Marc Pister (à droite) et son associé Émile Cadetto (à gauche)
Marc Pister (à droite) et son associé Émile Cadetto (à gauche)

Marc Pister a travaillé pendant près de 30 ans chez un concessionnaire où il a évolué jusqu’au poste de directeur du service aprèsvente. C’est en 2015 qu’il choisit de se lancer aux côtés de son associé Émile Cadetto en ouvrant le garage Capi auto sur Saint-Avold.
Le garage propose plusieurs types de prestations, «d’un côté il y a le magasin où l’on vend toutes les pièces détachées, pneumatiques, calculateurs, des pièces d’entretiens et certaines plus spécialisées. De l’autre, on a l’atelier pour l’entretien-réparation des véhicules», indique Marc Pister. Le garage Capi auto n’a rejoint aucun réseau. «Nous voulons rester libres de nos achats et travailler avec les fournisseurs que l’on souhaite.» Marc Pister désire que son garage reste une petite entité «nous voulons fournir un suivi personnalisé et rester des interlocuteurs directs avec nos clients, le but est de garder une ambiance conviviale.»
CA en progression
Le pari semble réussir au garage puisque la moyenne des véhicules reçus s’élève à 6/7 par jour, de fait, le chiffre d’affaires est en constante progression depuis l’ouverture. Il représente 90 % pour l’atelier contre 10 % pour le magasin. L’embauche d’un mécanicien est prévue d’ici le début de l’année pour accompagner la croissance de l’activité. Les principaux clients sont des particuliers, ceux-ci représentent 80 % de la clientèle (20% sont des entreprises). Le garage vient de remporter le concours Trajectoire 2016, une fierté pour Marc Pister «c’est un parcours de vie qui est récompensé.» Le gérant souhaite dans un premier temps pérenniser son activité et dans un second temps arriver à créer son propre réseau «en gardant nos principes : la proximité et un nombre de salariés limité à 5 maximum.»
camille.schaub