Vers une solution version Ardan…

La reprise-transmission d’entreprises ! Ce sujet récurrent et préoccupant a été mis en avant à l’occasion du dernier petit déjeuner d’information du Medef de Meurthe-et-Moselle le 6 décembre où Jean-Claude Bouly, le fondateur et président du dispositif Ardan (Action régionale pour le développement d’activités nouvelles), était l’invité. Et si ce dispositif plus qu’éprouvé permettait de […]

383
Jean-Claude Bouly, président et fondateur d’Ardan, au Medef de Meurthe-et- Moselle le 6 décembre.
Jean-Claude Bouly, président et fondateur d’Ardan, au Medef de Meurthe-et- Moselle le 6 décembre.

La reprise-transmission d’entreprises ! Ce sujet récurrent et préoccupant a été mis en avant à l’occasion du dernier petit déjeuner d’information du Medef de Meurthe-et-Moselle le 6 décembre où Jean-Claude Bouly, le fondateur et président du dispositif Ardan (Action régionale pour le développement d’activités nouvelles), était l’invité. Et si ce dispositif plus qu’éprouvé permettait de résoudre une partie du problème.

Mettre en place une formation de collaborateur-repreneur avec une période de professionnalisation adaptée pour qu’un salarié puisse reprendre l’entreprise et permettre au dirigeant souhaitant céder de passer le relais en douceur ! C’est l’une des pistes évoquées à la fin du petit déjeuner d’information du Medef 54 le 6 décembre dernier. Le sujet de la reprise-transmission a été évoqué au cours de la présentation par Jean-Claude Bouly, le directeur du Cnam Grand Est, invité pour l’occasion avec sa casquette de président et fondateur du fameux dispositif Ardan (Action régionale pour le développement d’activités nouvelles).

Mouton à cinq pattes

Ce dispositif, éprouvé depuis sa création en 1988, permet (pour faire simple) à un chef d’entreprise, principalement de TPE, de trouver «le mouton à cinq pattes» version collaborateur pour développer commercialement son entreprise, structurer son outil de production ou encore mettre en place une politique de R&D. Et pourquoi pas demain transmettre son entreprise en toute quiétude. C’est déjà un peu le cas et l’exemple récent de la société portoise TEC3i (voir notre article en pages 14 & 15) semble le confirmer. Les choses pourraient aller plus loin avec cette idée de mise en place d’une formation de collaborateur-repreneur version Ardan. Reste à mettre tout cela en place. L’appel est lancé !
emmanuel.varrier