Des voeux et des enjeux…

Premiers voeux en tant que président de la Métropole du Grand Nancy pour André Rossinot le 3 janvier dernier au coeur du centre de congrès Prouvé à Nancy. L’occasion de mettre en perspective cette nouvelle dimension territoriale où les synergies, les interfaces et le travail collectif dans ce qu’il nomme «la République des territoires» s’affichent comme indispensables pour que la structure intercommunale pèse de tout son poids à l’échelle […]

277
«Nous avons besoin pour mener à bien nos projets d’une intelligence collective», assure André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy.
«Nous avons besoin pour mener à bien nos projets d’une intelligence collective», assure André Rossinot, le président de la Métropole du Grand Nancy.

Premiers voeux en tant que président de la Métropole du Grand Nancy pour André Rossinot le 3 janvier dernier au coeur du centre de congrès Prouvé à Nancy. L’occasion de mettre en perspective cette nouvelle dimension territoriale où les synergies, les interfaces et le travail collectif dans ce qu’il nomme «la République des territoires» s’affichent comme indispensables pour que la structure intercommunale pèse de tout son poids à l’échelle du Grand Est et bien au-delà.
Un orchestre jazzy accueille les invités dans le grand hall du centre de congrès Prouvé de Nancy à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des voeux, première du nom, pour la Métropole du Grand Nancy (créée en juillet dernier). Après le mot d’accueil de Pierre Boileau, le président du Grand Nancy Congrès et Événements, l’hôte du jour, et les voeux version petit historique de près d’un demi-siècle d’intercommunalité de Pierre Stussi, le directeur général des services de la Métropole du Grand Nancy, André Rossinot, son président, a mis en perspective cette nouvelle dimension territoriale en appelant au nécessaire travail collectif dans cette fameuse «République des territoires.» Morceaux choisis.

La Métropole : «Depuis le 1er juillet 2016, la Métropole du Grand Nancy est en marche en liaison avec les communes. Nous avons eu raison de forcer l’allure et de créer la Métropole. Elle n’est pas uniquement une affaire de spécialistes mais également d’élus de proximité. Nous avons besoin pour mener à bien nos projets d’une intelligence collective qui transcende les idées en unissant toutes les forces économiques, sociales, associatives sans oublier l’université et la recherche. Ceux qui ne sauront pas travailler ensemble en unissant toutes leurs forces prendront du retard ou échoueront tout simplement.»

Région Grand Est : «L’opinion commence seulement à découvrir la dimension Grand Est. Il était temps que l’on ouvre les fenêtres sur nos territoires. Il existe un énorme travail d’image et d’attractivité à faire ensemble, notamment, en matière de tourisme. Il faut multiplier les projets dans ce domaine. Il est impératif de parvenir à modifier l’image du Grand Est.»

Pôle métropolitain : «C’est une force en marche et qui va s’accélérer quand nous aurons deux métropoles (référence faite à la métropole messine). Il faudra travailler ensemble plus que jamais, c’est ce qui ancrera nos territoires dans la région Grand Est. Tout comme le travail engagé autour du Scot (Schéma de cohérence territoriale) 54 qui est appelé à devenir un pôle métropolitain autour de la Métropole du Grand Nancy.»

«Trouver un réarmement moral… »

Rapport avec le Département : «Le dialogue avec le Conseil départemental au niveau du transfert des compétences c’est fait rapidement. Tout va continuer dans ce sens ! Au printemps nous aboutirons sur un travail autour d’un territoire économique et solidaire.»

Europe : «Il y a péril en la demeure ! Il est plus que nécessaire de réfléchir avant d’agir. Le concept d’arc européen autour des vingt pays fondateurs doit permettre d’impulser de nouvelles visions.»

France-Monde : «Il y a de quoi être inquiet et il faut être inquiet. Il faut refuser la banalisation du mal, il nous faut résister en étant des citoyens responsables, en éduquant les jeunes et en épaulant les anciens. Il faut être lucide et trouver un réarmement moral pour construire ensemble. Nous avons de belles bases de construction au niveau de la région et dans cette période délicate, nous avons un rôle historique à jouer et il ne faut pas s’en tenir au seul périmètre. C’est parce que c’est difficile que c’est exaltant. Nous avons un avenir positif à construire.»