ER Ingenierie a pris le bon cap

Depuis 30 ans, l’entreprise maxévilloise ER INGENIERIE a fait le pari gagnant d’un développement à l’export. L’innovation constitue l’autre atout majeur de cette success-story lorraine, pilotée par Christian Faivre, dans son domaine de la machinerie industrielle. Christian Faivre a voué son existence professionnelle aux affaires à l’international. «Très tôt, j’ai compris qu’il fallait oser, ne […]

451
Christian Faivre a trouvé au Maroc l’ancrage de ses ambitions internationales.
Christian Faivre a trouvé au Maroc l’ancrage de ses ambitions internationales.

Depuis 30 ans, l’entreprise maxévilloise ER INGENIERIE a fait le pari gagnant d’un développement à l’export. L’innovation constitue l’autre atout majeur de cette success-story lorraine, pilotée par Christian Faivre, dans son domaine de la machinerie industrielle.

Christian Faivre a voué son existence professionnelle aux affaires à l’international. «Très tôt, j’ai compris qu’il fallait oser, ne pas s’enfermer dans ses frontières, que le monde ne nous attendait pas. Pensez, j’ai commencé à travailler à l’export à l’époque où les téléphones portables et Internet n’existaient pas encore», note le président-fondateur d’ER Ingenierie. La première partie de sa carrière l’a mené, avec son épouse Marie-Odile, dans de nombreuses régions du globe. Avant de voler de ses propres ailes en 1987. «Mon idée était de proposer mes compétences à une clientèle française dans le domaine de l’électro-automatisme industriel. Le démarrage s’est fait dans un local de 70 m², non loin de notre site actuel à Saint-Jacques. Le premier client fut Trailor. Puis ont suivi BSN, Valeo, Danone, Barphone, les Eaux de Vittel», poursuit-il. Une évolution en plusieurs strates et mûrement pensée : «Je n’ai pas voulu limiter l’entreprise à la seule électricité. D’ailleurs ER se décline en Équipement Réalisation», assure Christian Faivre. Une montée en puissance des moyens internes permet de viser plus loin.

LA DIVERSIFICATION DES SECTEURS

Nous sommes en 1995. Il revient sur cette période décisive : «Grâce à notre maîtrise technique et à la mise au point de lignes d’assemblage standards, nous avons étendu nos activités au Mexique, au Brésil, en Europe puis en Chine, aux Émirats Arabes Unis.» Lui qui se décrit volontiers comme un aventurier met en avant un point important : «Les missions organisées par la CCI International sont de bons outils pour les PME, tout comme les initiatives de la Région Lorraine.» Quand la crise de 2008 survient, notamment dans l’industrie automobile, ER Ingenierie déploie une arme imparable qui va la protéger de la tempête : l’enrichissement technologique continu de ses machines industrielles et des compétences de ses collaborateurs, aujourd’hui au nombre de 40. L’entreprise s’est diversifiée vers l’agroalimentaire, la chimie, l’environnement et les énergies renouvelables, la médecine, la pharmacie. Avec une nouvelle avancée : «En 2013, nous avons ouvert une filiale marocaine dans la zone franche de Tanger. Un lien direct avec la croissance de l’industrie automobile dans ce pays. L’an passé, une seconde filiale a été créée sur la zone industrielle de Gzenaya.» En trois décennies, ER Ingenierie s’est imposée comme un acteur majeur dans la conception de machines industrielles et par ses solutions pour l’étude et la réalisation de projets d’envergure. À sa tête, elle garde un infatigable travailleur, militant de son métier, observateur attentif de notre sphère économique : «Au coeur de la mondialisation, la France n’avance pas assez vite. Il manque une stratégie industrielle nationale. Quant aux techniciens qualifiés, ils ne sont pas aisés à trouver.», constate Christian Faivre, qui scrute le futur d’ER Ingenierie avec un indéfectible pragmatisme se mariant avec une efficacité éprouvée.

Laurent SIATKA