SANTÉ ENVIRONNEMENTALE Mélanie Chevalier l’écologie positive

Consultante et animatrice en santé environnementale, Mélanie Chevalier a fait fructifier une expérience significative pour lancer sa propre entreprise dédiée à la valorisation de l’humain dans son espace de vie. La démarche, novatrice, a rencontré un écho auprès des décideurs et monte en puissance. «Depuis bien longtemps, il m’a paru plus qu’essentiel de préserver l’humain, […]

509
Mélanie Chevalier adresse son action vers les structures publiques, privées, associatives.
Mélanie Chevalier adresse son action vers les structures publiques, privées, associatives.

Consultante et animatrice en santé environnementale, Mélanie Chevalier a fait fructifier une expérience significative pour lancer sa propre entreprise dédiée à la valorisation de l’humain dans son espace de vie. La démarche, novatrice, a rencontré un écho auprès des décideurs et monte en puissance.

«Depuis bien longtemps, il m’a paru plus qu’essentiel de préserver l’humain, d’assurer son bien-être. C’est toujours cela que j’ai voulu faire», indique Mélanie Chevalier. De cette patine sociale, elle a fait son quotidien au travers un métier qu’elle a créé il y a trois ans : celui de conseillère santé et environnementale. Originaire du Lyonnais, Mélanie Chevalier vient faire ses études en Grand Est, d’abord à Vesoul, où elle décroche un DUT «Hygiène Sécurité Environnement» puis à Nancy où elle sort diplômée d’un Master, de l’Institut de Sûreté Industrielle. La suite, elle la décrit : «J’ai travaillé dans un groupe international alimentaire à Vittel dans une fonction de coordinatrice sécurité et environnement. Mon métier qui consistait à prendre en compte les problématiques humaines et la prévention des risques professionnels me passionnait, mais le contexte d’un grand groupe où ces thématiques ne sont pas forcément prioritaires ne correspondait plus à ma philosophie», analyse Mélanie Chevalier. Elle met à profit un congé maternité pour faire une introspection personnelle, réfléchir quant à son avenir, passe par un bilan de compétences. «J’ai trouvé deux formations via le web qui allaient avec mes aspirations : l’une à Grenoble, à l’Institut en Santé Environnementale, l’autre à Annemasse, à Wecf France, comme animatrice Nesting et Ma Maison Ma Santé.» En quelques mois, Mélanie Chevalier pose les fondations de sa future activité tournée vers la santé environnementale, de la prise en compte des impacts sur les écosystèmes aux effets sanitaires des toxiques.

Une approche de terrain et pédagogique

L’entrepreneuse résume ce qui compose désormais sa mission journalière : «Il s’agit d’éveiller les consciences et d’amener les citoyens à devenir les acteurs de leur santé et de leur environnement. J’interviens sous forme d’ateliers, d’animations, de stands, de formations, de réunions, dans des structures publiques, privées, associatives telles que des communes, mutualités, comités d’entreprise, crèches et parfois chez les particuliers. Mes informations peuvent être également spécifiques aux professionnels de la petite enfance.» Le réseau de Mélanie Chevalier prend de l’épaisseur chaque jour. Elle fait notamment partie de la coopérative d’activités et d’entrepreneurs Synercoop. Son message en forme de sensibilisation au développement durable, dans ses trois composantes, sociale, écologique et économique, et à l’éco-consommation rencontre un écho certain. Aux mots creux, aux slogans et aux concepts marketing, qui ont si souvent caricaturé l’écologie, Mélanie Chevalier oppose une approche de terrain et pédagogique : «Je veux agir de manière positive et non moralisatrice. C’est en s’y mettant ensemble que l’on arrivera à faire bouger les choses», insistet- elle, ayant pleinement conscience du large champ des possibles de ce qu’elle a impulsée. «J’avance par étape. Pour l’heure, je réalise actuellement ce qui correspond pleinement à mes valeurs : valoriser la personne dans son environnement, la sensibiliser à une démarche responsable et raisonnée. Je vois les comportements se modifier favorablement. Ce qui me motive avant tout ? Contribuer à transmettre un avenir meilleur aux générations futures», conclut-elle avec enthousiasme.