Chef d’orchestre, version projets

Bureaux d’études, cabinets d’architectes ou encore entreprises générales du bâtiment, Emmanuel Géhin a connu tous ces passés professionnels. Fort de cette expérience, il se lance en août 2009 en créant une société spécialisée dans l’économie de la construction et du pilotage de chantier. Rencontre avec ce véritable chef d’orchestre de projets. c Chef d’orchestre! C’est […]

412

Bureaux d’études, cabinets d’architectes ou encore entreprises générales du bâtiment, Emmanuel Géhin a connu tous ces passés professionnels. Fort de cette expérience, il se lance en août 2009 en créant une société spécialisée dans l’économie de la construction et du pilotage de chantier. Rencontre avec ce véritable chef d’orchestre de projets.

c

Chef d’orchestre! C’est une qualification qui le définit bien. Emmanuel Géhin est le pilote de l’agence éponyme (basée à Saint-Nicolas-de-Port) spécialisée dans l’Économie de la Construction et du pilotage de chantier. Membre de l’Untec (Union nationale des économistes de la construction), il fait partie de cette profession méconnue mais jugée, ô combien, nécessaire pour le bon déroulement et le financement d’un chantier ou d’un projet. Et vu le climat actuel au niveau des dotations de l’État ou encore des prix et des délais plus que tendus dans le secteur du bâtiment, l’intervention de ce type de professionnel se veut bienveillante. «Nous orchestrons un peu tout ! Nos missions sont très diversifiées. Elles se répartissent tout au long d’un projet, de l’amont jusqu’à l’aval. Elles apportent une garantie de la maîtrise des coûts, des délais et de la qualité», explique celui qui affiche un expé- rience professionnelle riche dans l’univers du bâtiment (conducteur de travaux dans des entreprises générales, économiste de la construction dans des bureaux d’études et d’ingénierie et au sein d’ateliers d’architectes). En 2009, il saute le pas et joue la carte de l’aventure entrepreneuriale en créant sa propre structure. «Il est impossible aujourd’hui de ne faire que de l’économie de la construction. En plus de cette spécialité, je propose également de l’OPC (Ordonnancement, pilotage et coordination) et la maîtrise d’œuvre aussi bien pour des marchés publics que pour des marchés privés.»

80 % en marchés publics

L’économie de la construction se traduit par une assistance à la maîtrise d’ouvrage (élaboration des budgets, études de faisabilité en passant par le management de projet et l’assistance technico-économique depuis l’origine jusqu’à la fin des travaux), elle est également présente en co-conception dans l’équipe pluridisciplinaire de la maîtrise d’œuvre ou encore pour le compte des entreprises, notamment pour la consultation des sous-traitants et le suivi des marchés. L’OPC est la partie visible et pratico-pratique de terrain avec le pilotage et la coordination des travaux ou encore l’établissement des plannings. Dans son chapitre maîtrise d’œuvre, Emmanuel Géhin assure ses missions auprès de copropriétés par exemple. Côté activité  : 80 % sont réalisés en marchés publics «pour mes spécialités économie de la construction et OPC ». Le fait que la baisse des dotations de l’État soit présente ne semble pas inquiéter plus que cela le professionnel. «C’est certain il y a une baisse mais il y aura toujours des travaux à réaliser et c’est là que notre rôle est très important vu que nous travaillons sur cette fameuse maîtrise des coûts.» Le marché de la rénovation énergétique, présentée comme une manne d’activité pour le secteur du bâtiment ? «Il faut continuer dans cette optique de recherche d’amélioration énergétique, histoire d’éviter les passoires énergétiques que l’on voit encore aujourd’hui. Les différentes réglementations thermiques sont bien faites car elles sont progressives. Il est certain que cela a un coût sur le budget global. C’est plus qu’une question de financement, c’est vraiment une question de mentalités. Il y a des gens proactifs dans le domaine et les autres.» L’économiste de la construction semble avoir également un rôle de pédagogue mais pas de donneurs de leçons… plutôt de solutions !