Entrepreneurialement vôtre…

Elu en juin dernier Vice-président de l’Université de Lorraine en charge de l’entrepreneuriat et de l’incubation, Christophe schmitt le pilote du PEEL (pôle entrepreneuriat étudiant de lorraine) revendique une autre approche de l’entrepreneuriat. Une approche où le projet et l’humain l’emportent sur le business plan. Le fruit d’un parcours universitaire réfléchi et une histoire d’homme […]

587

Elu en juin dernier Vice-président de l’Université de Lorraine en charge de l’entrepreneuriat et de l’incubation, Christophe schmitt le pilote du PEEL (pôle entrepreneuriat étudiant de lorraine) revendique une autre approche de l’entrepreneuriat. Une approche où le projet et l’humain l’emportent sur le business plan. Le fruit d’un parcours universitaire réfléchi et une histoire d’homme tout simplement.

«Les certitudes d’aujourd’hui sont les conneries de demain !» Cette maxime bien trouvée, Christophe Schmitt vous la glisse gentiment, à point nommé, ce qui en dit long sur le bonhomme et son envie quasi viscérale de faire bouger les lignes. Un trait de caractère, une ligne de conduite. Son truc à lui, c’est l’entrepreneuriat mais «pas celui à l’état cristallisé trop souvent mis en avant où l’on ne parle que de créations d’entreprises chiffrées, de business plan.» L’aujourd’hui, vice-président de l’Université de Lorraine en charge de l’Entrepreneuriat et de l’Incubation (élu en juin dernier) est plus «sur l’état gazeux, celui de projet, du pourquoi et pas encore du comment. L’Entrepreneuriat se joue ici dès ses premiers instants.» Le quadra, né à Metz, au parcours universitaire brillant, sait que le Peel (Pôle Entrepreneuriat Étudiant de Lorraine), son quasi-bébé, lancé en 2011, n’est plus regardé comme un objet volant non identifié mais comme une réalité, une réussite, un outil de développement. «L’écosystème entrepreneurial commence à se l’approprier, c’est une belle avancée. Le modèle que l’on a mis en place pour l’univers étudiant est applicable à d’autres strates. Pour le moment, le ticket d’entrée c’est la carte d’étudiant mais tout est transposable.»

L’aventure du PEEL

La fibre, l’engouement pour cette matière vivante et humaine qu’est l’Entrepreneuriat pour lui, remonte à loin, presque dans les gènes. «Je suis d’une famille de commerçants  ! Mon père avait un camion ambulant de vente de vêtements avant d’avoir un bureau de tabac. J’ai baigné dans les inventaires, dans cet univers d’entrepreneur.» Sa thèse de doctorat en Gestion il l’a fait sur : «La dynamique de la valeur : contribution à la création de valeur en PME par la notion de désordre» ou «comment faire d’une contrainte une opportunité», pas un hasard ! Il enclenche avec un post-doctorat au Canada où il perçoit bien «que l’Université, au sens large, a un rôle à jouer dans l’entrepreneuriat.» De retour en France, tout se met au fil du temps en musique et l’aventure du Peel peut commencer et ce depuis presque sept ans maintenant. «Au début, on nous disait que les jeunes cela ne créait pas d’entreprises. Nous sommes partis de loin, de très loin et il faut encore faire bouger certaines mentalités.» La volonté politique de l’Université de Lorraine aidant, le Peel s’impose, s’affirme, le statut d’étudiant-entrepreneur est reconnu au niveau national, les partenaires privés commencent réellement à s’y intéresser (à l’image récente de la fondation Yzico). «L’an passé, on a enregistré deux cents étudiants-entrepreneurs. Aujourd’hui, ils sont déjà cent dix ! Notre modèle est encore à améliorer, à faire évoluer. Actuellement, la grande question est de savoir ce que nous pouvons apporter de plus pour développer encore davantage l’entrepreneuriat.» Pas du genre à brandir son bâton de pèlerin à tout va ou de s’afficher comme prêcheur de bonnes paroles (et encore moins de donneur de leçons, il semble laisser cela à d’autres), Christophe Schmitt (en bon chercheur) se veut pragmatique et à l’écoute de son environnement, du monde et de son évolution. L’Entrepreneuriat pour lui est quasiment un acte citoyen, un parcours où «l’humain doit se retrouver au centre du process.» Une vision humaniste mais avec les pieds dans le concret ! Les lignes, le vice-président de l’Université de Lorraine va continuer à les faire bouger, évoluer, pour atteindre un modèle optimal. Son prochain ouvrage, «La fabrique de l’Entrepreneuriat» aux éditions Dunod, sera une nouvelle pierre apportée par ce bâtisseur de l’Entrepreneuriat de demain.