Monique Vauquois, un parcours d’abnégation

D’une expérience formatrice et réussie dans la grande distribution à la gestion actuelle de trois boulangeries pâtisseries sur le grand Nancy, regroupées sous l’enseigne Miller tradition, l’itinéraire de Monique Vauquois est teinté du sceau d’un investissement de tous les instants et d’une indéfectible passion. Rencontre avec un personnage mêlant discrétion et valeurs du travail bien […]

622

D’une expérience formatrice et réussie dans la grande distribution à la gestion actuelle de trois boulangeries pâtisseries sur le grand Nancy, regroupées sous l’enseigne Miller tradition, l’itinéraire de Monique Vauquois est teinté du sceau d’un investissement de tous les instants et d’une indéfectible passion. Rencontre avec un personnage mêlant discrétion et valeurs du travail bien fait.

16

«Les étapes de mon parcours ont un point commun  : partout où je passe, je ne compte jamais mes heures», indique avec le sourire Monique Vauquois. Native de la Meuse, la propriétaire de Miller Tradition, à Villers-lès-Nancy et au marché central de la cité ducale, trouve là les termes exacts pour résumer un parcours jugé par l’intéressée «logique». Cette fille d’agriculteur aux valeurs terriennes est issue d’une filière agroalimentaire. «Durant dix ans, j’ai travaillé en centre de gestion agricole, dans le Puy-de-Dôme notamment», indique-telle. Un premier tournant de carrière survient en 2003. Monique Vauquois poursuit : «Je suis revenue en Lorraine à la faveur d’une opportunité de poste à Mont-Saint-Martin, à Auchan 3 Frontières. Je n’ai pas hésité.» L’univers exigeant mais si formateur de la grande distribution s’ouvre à elle. Monique Vauquois endosse les habits de manager de rayon, au département boulangerie. Sous sa coupe, une vingtaine de personnes. «J’ai suivi plusieurs formations, pour me familiariser avec des produits que je découvrais. Dans ma mission, je liais management, gestion, économie. Bien sûr, j’avais obligation de résultats.» Cette immersion en hypermarché ne fait que renforcer de solides convictions et nourrit de légitimes ambitions quant à son dessein professionnel. «Au bout de presque dix ans, j’ai décidé de me lancer un autre challenge. J’ai quitté un emploi sûr pour une aventure et une part d’inconnu», explique Monique Vauquois.

D’une rive sucrée à une rive salée

Le pari est osé. Mais va se conclure par une belle réussite. Le réseau construit, le bouche- à-oreille l’amène à s’intéresser au rachat d’une boulangerie traditionnelle, à Villers-lès-Nancy. Une Maison dont les origines remontent à 1881, propriété de la famille Miller. «Dans le package, il y avait trois établissements à reprendre, deux à Villers et un au marché couvert de Nancy. Je n’ai pas voulu changer le nom. La clientèle y est attachée. Et c’est une manière de respecter ce qui nous ont précédés», note-t-elle. Monique Vauquois ouvre officiellement en mars 2013, avec un investissement nécessaire pour moderniser le laboratoire. Depuis, elle s’est muée en active chef d’entreprise, aux côtés de son époux. En comptant deux apprentis, l’affaire emploie quinze collaborateurs. Dans l’évocation de son quotidien, les mots de Monique Vauquois sont animés d’une certaine ferveur : «Aimer son métier, transmettre de la passion». Elle ajoute : «Notre patron, c’est le client». Déjà, se profilent les échéances de fin d’année, les guirlandes de délices sucrés et salés mettant en émoi les papilles : «Saint-Nicolas, Noël puis les galettes sont un important chiffre d’affaires. C’est la même chose pour Pâques ou les beignets. Nous avons finalement peu de répit», s’amuse-t-elle. Monique Vauquois ou une certaine idée du commerce de proximité, si indispensable, à bien des égards.