Alexis Fauchez : Un enfant au paradis

Alexis Fauuchez est l’heureux directeur des deux UGC de Nancy métropole. Pendant plusieurs mois pourtant, sa «vie n’a pas été un long fleuve tranquille». il s’est mis dans la peau d’un «Warrior» pour mener à bien le lourd chantier de rénovation du mythique cinéma de la rue Saint-Jean. Gros plan sur ce passionné de cinéma […]

671

Alexis Fauuchez est l’heureux directeur des deux UGC de Nancy métropole. Pendant plusieurs mois pourtant, sa «vie n’a pas été un long fleuve tranquille». il s’est mis dans la peau d’un «Warrior» pour mener à bien le lourd chantier de rénovation du mythique cinéma de la rue Saint-Jean. Gros plan sur ce passionné de cinéma qui a fait de Nancy sa «cité de la joie».

Alexis Fauchez savoure chaque instant. Sur tous les fronts des mois durant, d’un côté la rénovation du cinéma Saint-Jean, de l’autre la gestion des activités de l’UGC Ludres, il s’accorde un peu de temps pour apprécier le travail effectué. Comme les quatorze salariés du site, il a un peu de mal à reprendre ses marques. Mais pour lui, comme pour eux, le moment est important. Le quasi mythique cinéma du centre-ville de Nancy vient de rentrer dans la 4e dimension. Façade modernisée, accueil new look, salles rénovées et remodelées, le Saint-Jean n’a désormais plus rien à envier aux multiplexes voisins. Alexis Fauchez passe d’une salle à l’autre, d’un couloir à un ascenseur avec le même émerveillement. Un bonheur qui ne l’a pas quitté depuis qu’il a rejoint le groupe UGC en 2001 après avoir exercé plusieurs métiers. Mais cette histoire avait certainement commencé bien plus tôt, quelques années auparavant, du côté de la Haute-Saône, là où Alexis Fauchez a grandi.

BONBONS, CARAMELS, CHOCOLAT !

Tout a commencé en effet dans un cinéma d’une petite ville de Haute-Saône. La mère d’Alexis Fauchez était ouvreuse au Majestic à Vesoul. Dès son plus jeune âge, il l’aide pour gagner sa place de cinéma. «J’ai commencé par des films grand public puis j’ai regardé tout ce qui me tombait sous les yeux», raconte-t-il. Ce passionné de cinéma va alors acquérir une belle culture cinématographique en avouant aujourd’hui une préférence pour la science-fiction. Alexis Fauchez enchaîne très vite différents métiers. À aucun moment, il n’envisage de chercher un emploi dans le cinéma. Le destin le rattrape pourtant un jour. Il a le déclic en visitant un cinéma. Une petite annonce, une rencontre fera le reste. Le voici aujourd’hui à vivre tous les jours au contact de sa passion. Lorsqu’il quitte son travail, Alexis profite de Nancy, une ville qu’il aime par-dessus tout. Celle qui a vu naître ses enfants. Un jour peut-être, il l’a quittera mais ce ne sera pas sans avoir fait revivre le cinéma du centre-ville, promis à un destin en 3D.