Greenberry ouvre la ville de demain

Lancée voilà deux ans, l’entreprise Greenberry séduit de plus en plus les décideurs des territoires. Yannick Dars et Léo Casagrande pilotent un projet aux réelles potentialités, en multipliant les solutions digitales autour de l’idée de ville intelligente et connectée. ambition : optimiser l’idée de cités durables et humaines. «C’est une évidence, la ville du futur […]

392

Lancée voilà deux ans, l’entreprise Greenberry séduit de plus en plus les décideurs des territoires. Yannick Dars et Léo Casagrande pilotent un projet aux réelles potentialités, en multipliant les solutions digitales autour de l’idée de ville intelligente et connectée. ambition : optimiser l’idée de cités durables et humaines.

«C’est une évidence, la ville du futur sera de plus en plus connectée. Guidée par une logique autour du développement durable dans ses composantes sociale, écologique, économique, de la mobilité, de l’accessibilité. L’avenir est à la co-construction avec le citoyen, dans une optimisation de coûts et d’organisation, pour le bien-être de l’habitant», expliquent Léo Casagrande et Yannick Dars, cofondateurs de l’entreprise Greenberry. Leur engagement suscite un intérêt croissant de la part des édiles et décideurs. «Nous nous adressons aux mairies, aux intercommunalités, aux acteurs économiques et leur proposons une expertise vers une ville plus intelligente et plus intelligible, en trouvant des solutions adaptées et dynamiques pour les territoires.» L’histoire de Greenberry est celle de deux amis de lycée à Briey. Leurs trajectoires professionnelles vont les mener dans des univers différents. Yannick Dars, après des études de commerce et de marketing, à l’Université de Lorraine et à Neoma Buisiness School Paris, prend des responsabilités en développement commercial au sein de Saint-Gobain et Edf. De son côté, Léo Casagrande effectue un cursus en géographie à l’Université de Lorraine, réalise des travaux de recherche au laboratoire nancéien Cerpa et des missions dans les collectivités locales. Il prend part à des projets liés aux Écoquartiers et à la reconversion industrielle, fonde Géolutions, se perfectionne en expertise informatique et développement web. «Nous avions des discussions régulières sur notre intérêt pour la géolocalisation des informations, le digital et l’économie numérique. Cela devenait même obsessionnel», poursuivent-ils.

COMME UN JEU DE LEGO

Ce brainstorming allait se transformer en une start-up aux accents anglo-saxons. «Nous avions fêté notre Bac à Londres. À la fin de soirée, nous sommes passés par Greenberry Street. Dix ans après, nous nous en sommes souvenus.» Sur orbite, la néo-entreprise participe à plusieurs Hackathons en Lorraine, décroche le prix «coup de cœur» avec son projet Pulsaction à Metz Blida, lance une application contribuant à utiliser le commerce en centre-ville messin de façon nouvelle, centrée sur l’usager. Le réseau grandit. La toile est tissée. Élus comme gérants d’entreprises sont sensibles à la méthodologie hyper professionnelle affichée par les deux entrepreneurs. De phases de conseils et d’audit initiales, ils génèrent un laboratoire d’idées, mutualisent les compétences via des équipes de projets. Du virtuel au réel, naissent des outils concrets. «Une ville, une entreprise, c’est comme un jeu de Lego. Chacun fait grandir la construction», imagentils. Expérimentations urbaines, services connectés, applications, géolocalisation, géoweb services, plateformes d’innovation sont au cœur du champ d’intervention de Greenberry. Léo Casagrande et Yannick Dars soulignent : «Nous n’avons pas de limites géographiques, nous pouvons aussi bien œuvrer en Grand Est, en région parisienne, et plus loin, comme à Athènes récemment.» Déterminés, portant un message résolument positif, eux vivent déjà au cœur de leur smart city dont ils ont les clés.