Sébastien Duchowicz, président des Vitrines de Nancy

Le Boss du commerce

Sébastien Duchowicz est un homme heureux en cette fin d’année. Nancy s’est parée de ses plus beaux atours pour les fêtes. Les commerçants ont surtout joué le jeu, un peu plus que de coutume. Responsable de Father and Sons rue Saint-Jean à Nancy, il donne l’exemple. Sa boutique, décorée sur plusieurs étages avec soin, fait […]

Sébastien Duchowicz veut que le centre-ville retrouve son faste d’antan.

Sébastien Duchowicz est un homme heureux en cette fin d’année. Nancy s’est parée de ses plus beaux atours pour les fêtes. Les commerçants ont surtout joué le jeu, un peu plus que de coutume. Responsable de Father and Sons rue Saint-Jean à Nancy, il donne l’exemple. Sa boutique, décorée sur plusieurs étages avec soin, fait le bonheur des passants. Lorsqu’il endosse le costume de président des Vitrines de Nancy, Sébastien Duchowicz donne cette fois-ci le tempo. Dynamique, ambitieux, il veut que le centre-ville retrouve son faste d’antan.

Sébastien Duchowicz veut que le centre-ville retrouve son faste d’antan.

Élégant jusqu’à la pointe de sa pochette, le sourire aux lèvres, Sébastien Duchowicz ne semble pas encore trop affecté par le stress. Pourtant ses journées sont longues, très longues même… En cette période de fête, il est sur tous les fronts et il aime ça ! Si le commerce n’est pas une vocation au départ, c’est devenu une véritable passion, faite de rencontres et surtout, de beaucoup de travail.

 

De Foug au Saint-Seb

Sébastien Duchowicz a grandi à Foug dans le toulois. Son père travaille à l’usine voisine pendant que sa mère, assistante maternelle, garde des enfants chez eux. Il en parle avec beaucoup de fierté. «Mes parents nous ont inculqué des valeurs importantes. Ils nous ont surtout appris qu’il fallait avoir de l’ambition, toujours viser plus haut» raconte-t-il. Après un bac ES à Toul, Sébastien s’installe logiquement à Nancy. Il passe plusieurs diplômes avant d’enchaîner avec un CAPES en documentation des entreprises. Dans le même temps, il trouve un job d’étudiant dans une boutique du centre commercial Saint-Sébastien.

 

D’YSL à EDF

Le destin s’en mêle une première fois. Sébastien Duchowicz est à deux doigts de décrocher un stage aux archives d’Yves Saint Laurent mais le projet échoue. Il se retrouve à la centrale nucléaire de Fessenheim, beaucoup moins glamour, d’où il garde pourtant un très bon souvenir. Mais son travail prend de plus en plus de place et… ce qui devait arriver arriva, il échoue au CAPES. C’est alors que le jeune homme trouve un emploi à temps complet chez Boss rue Saint-Dizier. Il y restera huit ans. «J’étais très bien là-bas. J’y ai tout appris». Il gravit les échelons jusqu’à ce mois de novembre 2007 où il est contacté par un cabinet de recrutement. On lui propose de prendre la direction d’une nouvelle enseigne : Father and Sons. Il va au rendez-vous mais s’offre un week-end de réflexion à Disneyland. «Je me souviens très bien avoir appelé la direction depuis le Disney Hôtel» raconte-t-il un sourire aux lèvres. Parallèlement à l’ouverture de la boutique, il s’investit très vite aux Vitrines de Nancy. «Je sentais qu’il y avait beaucoup de choses à faire et je ne me voyais pas rester seul dans mon coin.» Ce qui n’est d’ailleurs pas dans sa philosophie. Au fil du temps, il devient le successeur officiel de Jean-Pierre Lehmann, le président emblématique des commerçants nancéiens. Il lui succède en 2014. Sébastien Duchowicz n’a pas tardé à prendre ses marques. Le reste, sa vie personnelle, est un peu entre parenthèse. Sa compagne, elle aussi commerçante, doit se faire une petite place entre la boutique et les réunions souvent tardives. Quant à la suite, il verra bien. Sébastien quittera peut-être un jour Nancy si une opportunité se présente. Mais il faudra qu’elle vaille le coup car il aime plus que tout sa ville.