Rémi Illig d’Illiger

L’homme aux nœuds papillon

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nancy après un bac scientifique, le Nancéien Rémi Illig s’affiche comme un homme à projets, un hyperactif un brin autodidacte vantant et défendant l’intelligence de la main et le savoir-faire artisanal. Avec sa société Illiger, il se réalise dans la conception de nœuds papillon comme un symbole de liberté […]

507
Remi Illig, l’homme au nœud papillon, voit dans ses confections beaucoup plus qu’un simple accessoire vestimentaire. Le «nœud pap», une philosophie de vie.

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nancy après un bac scientifique, le Nancéien Rémi Illig s’affiche comme un homme à projets, un hyperactif un brin autodidacte vantant et défendant l’intelligence de la main et le savoir-faire artisanal. Avec sa société Illiger, il se réalise dans la conception de nœuds papillon comme un symbole de liberté et de quiétude retrouvée.

 

Remi Illig, l’homme au nœud papillon, voit dans ses confections beaucoup plus qu’un simple accessoire vestimentaire. Le «nœud pap», une philosophie de vie.

La trompette de Louis Armstrong laisse planer la fameuse note bleue que les puristes de jazz recherchent à chaque écoute et que le néophyte capte sans réellement la percevoir mais ressentant son bienfait dans un surcroît de raffinement. L’authenticité à l’état pur ! Le vieux 33 tours oscille sous le diamant du pick-up savamment positionné dans ce petit atelier à l’étage boisé du 14 rue Stanislas à Nancy. Les boiseries font penser à une échoppe d’antan, au milieu de ce décor très fin XIXe, Rémi Illig, le patron des lieux. Petit bouc bien taillé, lunettes à monture d’écaille et surtout bien positionnées au milieu du cou, un nœud papillon fraîchement cousu par celui qui accueille. Le nœud papillon, c’est son truc à Rémi Illig et avec la bonne vieille machine à coudre Singer de sa grand-mère, il en confectionne plusieurs par jour. «Chez certaines personnes, ce sont les mots croisés ou les sudoku, moi c’est les nœuds papillon.» À 27 ans, le jeune autodidacte en a fait une activité professionnelle «même si tout est parti d’un pari. J’avais toujours eu envie de porter des nœuds papillon, mais à ma façon.» Depuis deux ans, il s’y attelle quasiment tous les jours et depuis quelques semaines dans cet atelier, lieu où l’intelligence de la main prend tout son sens. «Je suis un manuel et j’ai toujours envie de remettre en avant le véritable travail artisanal d’antan.» Ce diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nancy, «c’était ça ou la faculté de psycho», a créé avec un de ses acolytes de promo la Factorine, une vitrine d’artistes, qui se trouve juste à côté de son atelier d’aujourd’hui.

Un envol créatif

L’artisan et l’artiste ne font qu’un, sans distinction dans l’esprit de Rémi Illig. La recherche, la découverte et l’expérimentation se retrouvent dans la confection de ses nœuds papillon. Les modèles élaborés sont uniques, il sont composés de tissus «qui possèdent une histoire et qui viennent d’un peu partout. À chaque fois que je voyage ou qu’une personne de mon entourage va dans un autre pays, elle me ramène toujours des morceaux de tissus.» Une évasion, une initiation au voyage, un genre d’envol créatif. Chez Rémi Illig, chaque nœud est unique ! Il est plus qu’un simple accessoire vestimentaire ! Un léger clin d’œil, un pied-de-nez à une société trop normée ? Pas impossible de la part de l’homme au nœud papillon. «La cravate, c’est pour les mariages ou pour les cadres un peu austère. Le nœud papillon, c’est ludique, festif, rigolo sans tomber dans le burlesque.» Une ode à la vie grâce au savant tissage et assemblage d’un simple bout de tissu à partir «de patrons faits à la main.» La main toujours elle, omniprésente et grâce à laquelle Rémi Illig s’enthousiasme en confectionnant ces fameux nœuds papillon. Des confections à découvrir et/ou à commander sur le www.illiger.com et également de visu dans certaines boutiques nancéiennes (à l’image des Tatas fringeuses ou encore au Boucl’Art). L’homme au nœud papillon est également présent jusqu’au 15 janvier dans la boutique des créateurs du centre commercial Saint-Sébastien. De quoi se faire une idée du personnage et de ses créations. Un créateur qui faut le détour… de cou.