Indicateurs au vert mais…

La dernière note de conjoncture de l’Insee pour le Grand Est met en avant un contexte économique positif même si le point noir de l’emploi demeure toujours prépondérant. Le 1,9 % de croissance du produit intérieur brut français dévoilé le 30 janvier dernier entend corroborer cette bonne dynamique générale. Pas si sûr ! Hausse des créations […]

389
Si le ciel semble se dégager au niveau conjoncturel dans le Grand Est, bon nombre d’entrepreneurs demeurent prudents.

La dernière note de conjoncture de l’Insee pour le Grand Est met en avant un contexte économique positif même si le point noir de l’emploi demeure toujours prépondérant. Le 1,9 % de croissance du produit intérieur brut français dévoilé le 30 janvier dernier entend corroborer cette bonne dynamique générale. Pas si sûr !

Hausse des créations d’entreprises, poursuite de la baisse des défaillances d’entreprises, un secteur de la construction jugé toujours bien orienté ou encore une forte croissance du tourisme estival ! Cela c’est le côté pile mis en avant dans la dernière note conjoncturelle de l’Insee pour le Grand Est (parue la semaine dernière). Côté face : le chômage ne baisse plus «et il augmente dans toutes les zones d’emploi de la région à l’exception de Remiremont» et même «si le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité diminue, il augmente pour ceux qui ont une activité réduite.» Au final pour l’Insee Grand Est : «les indicateurs conjoncturels restent bien orientés dans la région au troisième trimestre 2017. L’emploi se consolide, même si le nombre de demandeurs d’emploi ne diminue que très modérément et que le chômage repart à la hausse. Les exportations, et notamment celles vers la zone euro, s’érodent légèrement.»

Vent nouveau et interrogations

Un vent nouveau ?  Sans doute mais avec tout de même un bon nombre d’interrogations et un certain scepticisme de la part de bon nombre de représentants de l’écosystème entrepreneurial. «Même si certains indicateurs sont au vert, l’environnement entrepreneurial demeure fragile», assurait Alban Vibrac, le président de la CPME de Meurthe-et-Moselle à l’occasion la cérémonie des vœux de sa confédération avec en toile de fond la difficulté de certaines entreprises à recruter du personnel qualifié pesant sur leur activité. «Nous sommes passés depuis quelques mois à un optimisme presque général. On parle de reprise, de croissance mais on est forcé de constater qu’il est difficile d’y voir clair», assurait quelques jours auparavant François Pélissier, le président de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle. À côté de ces interrogations légitimes, la prise de température au niveau national se veut rassurante avec un 1,9 % de croissance du PIB annoncé par l’Insee. Le meilleur chiffre depuis six ans. Un bon début ?