Sphèr’Alim monte en puissance

En deux ans, la plateforme internet Sphèr’Alim, vouée aux compétences et aux ressources de la branche agroalimentaire, s’est imposée progressivement comme un lien de mutualisation aux professionnels du secteur. Agria Grand Est et ses partenaires jouent là un rôle essentiel au service des établissements d’enseignement, de recherche, des entreprises et des industries. On rappellera, en […]

448
«Par Sphèr’Alim, les ressources du secteur agroalimentaire sont optimisées», argumentent Audrey Raguet et Sophie Baué.

En deux ans, la plateforme internet Sphèr’Alim, vouée aux compétences et aux ressources de la branche agroalimentaire, s’est imposée progressivement comme un lien de mutualisation aux professionnels du secteur. Agria Grand Est et ses partenaires jouent là un rôle essentiel au service des établissements d’enseignement, de recherche, des entreprises et des industries.

On rappellera, en préambule, et de façon synthétique, la vocation d’Agria Grand Est : s’affirmer comme le porte-parole de la filière agroalimentaire de la région, encourager l’expérimentation, l’innovation et la performance, contribuer à l’emploi, la formation, l’attractivité du secteur, valoriser les agroressources et la bioéconomie. Ces items se déclinent en opérations concrètes essaimées sur les parcelles de notre territoire. On connaît bien sûr le concours de l’innovation Innoval et la réussite du label La Lorraine notre signature. Ce dernier, ce sont 54 distributeurs, 84 fabricants, 1 650 produits agréés. Avec une centaine d’adhérents, soit 30 % des entreprises de l’agroalimentaire régional, Agria Grand Est s’appuie sur une organisation pluridisciplinaire et complémentaire entre l’Association régionale des industries agroalimentaires de Lorraine et le seul Centre régional d’innovation de transfert de technologie et labellisé Cellule de diffusion technologique agroalimentaires du Grand Est. Cette synergie permet d’accompagner les entreprises dans leurs ambitions d’essor technologique, économique, social et environnemental. Pour fédérer davantage les acteurs de la branche et mettre en valeur leurs riches et éclectiques atouts, il manquait sans doute un fil conducteur, un lien. «Ce constat a été le point de départ pour initier puis lancer en 2016 un outil pour centraliser les services, les moyens humains et matériels dédiés à nos métiers», expliquent, de concert, Audrey Raguet, directrice d’Agria Grand Est, et Sophie Baué, coordinatrice du site internet dénommé Sphèr’Alim.

 

Le recrutement en un clic

Composé d’un triumvirat d’industries agroalimentaires, de composantes pédagogiques et techniques et de financeurs, la plateforme a comme membres les EPL Agro de la Meuse et 54 de Pixérécourt, l’Université Lorraine  – ENSAIA et IUT Nancy-Brabois – et Agria Grand Est. Trois champs d’actions ont été définis sur le site www.spheralim.fr : offre de services, attractivité des métiers, communication. Établissements, centres techniques, industries et étudiants trouvent ici une convergence d’objectifs. Audrey Raguet et Sophie Baué poursuivent leurs propos : «Les prestations de Sphèr’Alim touchent précisément la formation initiale et continue, les emplois et les stages, la recherche & le développement». Ainsi, demandeurs d’emploi, salariés et étudiants bénéficient d’une clarté sur 9 contrats de professionnalisation, 30 formations courtes, 19 formations initiales et scolaires, 9 contrats d’apprentissage. Sphèr’Alim recense également, en temps réel, toutes les opportunités de recrutement, pour tous types de contrats, avec une CVthèque complète d’informations. En R&D, il est un interlocuteur unique en termes d’ingénierie financière, d’expérimentation et d’innovation, avec la mise à disposition de trois halles technologiques alimentaires, d’équipements de dimension semi-industrielle, d’ateliers spécialisés dans les filières laitières, végétales et des produits carnés/traiteurs, d’aide à la production. À l’échelle du Grand Est, Sphèr’Alim trouve toute son opportunité, sa cohérence, dans son rôle de guichet facilitateur. En France, l’industrie agroalimentaire pèse un chiffre d’affaires de plus de 160 milliards d’euros et emploie pas loin de 500 000 personnes. Soit le premier employeur industriel du pays, avec une importante potentialité quant à tant de métiers de demain, encore à inventer.