Émilie Begin, architecte, agence «Du ciment sous les plaines»

Archi stylée…

Émilie Begin, c’est au premier abord, un grand sourire et des yeux qui pétillent. La jeune femme de trente-six ans est, avec son associée Capucine Bedaride, en train de se faire une solide réputation dans le milieu, très fermé, de l’architecture. Que ce soit pour les particuliers ou pour les professionnels, elle imagine, construit, rénove, avec […]

508
Émilie, architecte, agence «Du ciment sous les Plaines».

Émilie Begin, c’est au premier abord, un grand sourire et des yeux qui pétillent. La jeune femme de trente-six ans est, avec son associée Capucine Bedaride, en train de se faire une solide réputation dans le milieu, très fermé, de l’architecture. Que ce soit pour les particuliers ou pour les professionnels, elle imagine, construit, rénove, avec simplicité, sans oublier d’intégrer l’histoire et la vie de chacun dans le projet.

Il y a des rencontres qui marquent des vies. Émilie Begin, jeune architecte nancéienne, pourrait en témoigner. Imaginons qu’elle n’ait pas rencontré le professeur d’art plastique, qui à l’école, a évoqué pour la première fois l’architecture ? Imaginons qu’elle n’ait pas croisé Capucine, le binôme de sa vie professionnelle ? Son parcours professionnel aurait certainement été différent, même si le dessin l’a toujours attiré.

Entre passé et création

Passionnée depuis son plus jeune âge, amoureuse des vieilles pierres, elle passait ses journées à les reproduire une à une tels les grands bâtisseurs de cathédrales.  «Je ne viens pas d’une famille d’architectes. Je n’en avais même jamais entendu parler lorsque j’étais petite» se souvient Émilie Begin. C’est à l’école que l’un de ses professeurs d’art plastique lui parle pour la première fois d’architecture. Il prend conscience que la jeune fille a du talent. Émilie se renseigne, passe son bac et naturellement s’inscrit à l’École d’architecture de Nancy. C’est le coup de foudre, Émilie sera architecte ! «J’ai tout de suite aimé les caractéristiques du métier. Le côté créatif, constructif m’a attiré d’emblée» ajoute-t-elle. Le hasard, encore lui, lui fait croiser Capucine Bedaride. Elle aussi est étudiante à l’École d’Architecture de Nancy. Leur amitié se concrétisera plus tard, par la création de leur agence. En attendant, diplôme en poche, Émilie a la chance de trouver du travail immédiatement. «J’ai rejoint le cabinet Pierron à Nancy. J’ai commencé dans de bonnes conditions», souligne la jeune femme. Elle y restera jusqu’à ce qu’elle vole de ses propres ailes, avec Capucine bien sûr.

Sous les pavés… la plage

C’est en 2014 que les deux jeunes architectes se lancent. Elles créent «Du ciment dans les Plaines». Dans un premier temps, elles travaillent chez elles avant d’ouvrir leur agence, rue des Sœurs Macarons en septembre 2016. Désormais, les projets s’enchaînent. Le duo s’est fait une belle réputation dans le milieu de la restauration. Entre La Ruche, Le Gustave, Mama Betty à Nancy et Le Régent à Metz, leur style séduit les restaurateurs. Les particuliers aussi font appel à elles. Il n’y a qu’à voir les photos affichées dans leur bureau. Entre deux projets, Émilie se ressource auprès de ses enfants, âgés de quatre et sept ans. Et quand elle ne leur dessine pas un mouton, elle s’évade, tel le Petit Prince de Saint-Exupéry en se plongeant dans des romans où l’histoire et le fantastique ne font qu’un.